Dinguiraye : La gestion « opaque » du FODEL suscite beaucoup d’indignation dans la ville.

Depuis quelques semaines, des soupçons de détournement planent sur le fonds de développement local (FODEL) destiné à la préfecture de Dinguiraye. Le flou qui règne autour du FODEL estimé à plus de 12 milliards Gnf fait beaucoup de bruits dans la ville sainte et au-delà.
Selon un acteur de la société civile de Dinguiraye, plusieurs vices de procédures ont été enregistré dans le cadre du FODEL destiné aux communautés impactées et celles voisines par l’exploitation minière.
« Contrairement aux préfectures de Boké, Boffa et Siguiri, le FODEL de Dinguiraye n’a été présenté solennellement. C’est par voie de presse que nous avons appris l’émission d’un chèque au nom de la banque centrale de Faranah, par la société minière de Dinguiraye (SMD) de 12 237 362 844 Gnf au compte du FODEL de Dinguiraye. Or, il n’y a pas de banque centrale à Faranah. Le jour du lancement du comité d’appui à la gestion du FODEL (CAGF), 115 motos ont été présentées aux 7 communes rurales et à la commune urbaine par les autorités préfectorales » a souligné Alhassane Diakité, de la société civile de Dinguiraye.
A en croire cet acteur de la société civile de Dinguiraye, c’est le CAGF composé de 7 membres qui décaisse le FODEL en fonction du plan de développement local (PDL) des collectivités après une session budgétaire pour valider les projets montés par les communautés. Mais des fonds du FODEL sont débloqués sans la connaissance du CAGF.
« Ne connaissant pas la source et le coût pour l’achat des motos, nous avons instruit aux élus locaux de ne pas prendre les motos. Et en plus, ces motos n’émanent pas du PDL des communautés. Mais convaincues par autorités préfectorales, les élus locaux ont fini par les 115 motos. Nous avons compris qu’il y a eu une pression sur eux pour prendre les motos. Nous avons demandé aux élus locaux si ce sont eux qui demandé les motos ou si les motos figurent sur leurs PDL. Ils ont dit non » a expliqué Alhassane Diakité avant de poursuivre : « Par la suite, nous avons appris qu’il y a eu un champ de riz de 80 hectares dont les travaux ont été subventionné par les autorités préfectorales à hauteur de plus d’un milliard 700 millions Gnf au nom d’un projet d’intercommunalité. Et aucun grain de riz n’a été récolté dans ledit champ. Or, cela aussi ne figurait pas dans les PDL et aucun élu local n’a été associé au projet. Il n’y a pas eu de session budgétaire et les projets montés par les communautés n’ont pas de financement. C’est ainsi que nous avons demandé au cours d’une réunion au CAGF d’éclairer nos lanternes sur les 12 237 362 844 Gnf du FODEL dédié à Dinguiraye.

Le CAGF nous a dit clairement qu’il n’a reçu aucun montant et aucun ordre de virement de qui que ce soit, qu’il n’a aucune information sur le FODEL. Le CAGF dit que c’est le consultant qui connaît tout. C’est ainsi que nous avons commencé à tirer la sonnette d’alarme sur le financement du champ de riz, de l’achat des motos et le pick-up dans lequel roule le président du CAGF. C’est ainsi qu’un cadre de l’administration préfectorale a indiqué au cours d’une réunion que la préfecture a prêté de l’argent pour financer l’achat des motos, le champ de riz et l’achat même du véhicule comme le FODEL dédié à Dinguiraye n’était pas disponible. Nous lui avons demandé au nom de quelle entité ce prêt a été fait ?

Vu la pression qui ne cessait de s’exacerber, les autorités préfectorales ont indiqué que l’emprunt a été fait dans un compte X et non un prêt qui avait été initialement avancé » a ajouté Alhassane Diakité, de la société civile de Dinguiraye.
A l’en croire, tout le flou autour du FODEL est entretenu par le préfet de Dinguiraye en complicité avec le consultant du FODEL et un cadre de l’administration préfectorale.
Selon cet acteur de la société civile, les autorités préfectorales et le consultant menacent le président et les six autres membres du CAGF pour signer le contrat du Champ de riz où plus d’un milliard a été dépensé et les tricycles faisant partie des 115 motos présentées par les autorités préfectorales au CAGF se Dinguiraye.

Selon Alhassane Diakité, vu l’indignation provoquée dans la ville de Dinguiraye par la gestion opaque du FODEL, les autorités préfectorales soutiennent que le fonds existe et n’a pas été décaissé.
Une information corroborée par une source qui se dit proche des autorités préfectorales que nous avons contacté. Mais selon ladite source, le FODEL s’élève à 20 milliards pour deux ans et nie tout détournement du montant.
« Avec ce fonds, il a été demandé aux jeunes et aux femmes de monter des projets ne dépassant pas 30 millions de Gnf par projet. Et comme le financement des projets a pris assez de temps, les citoyens commencent à s’impatienter. Ils projettent même une marche pacifique le 08 décembre pour des éclaircissements sur le FODEL mais qui a été interdite. Et comme le fonds tardait à être débloqué, ils sont partis s’endetter et acheter un pick-up pour le président du CAGF issu de la société civile de Dinguiraye et 115 motos destinés aux jeunes pour en faire des taxis motos afin d’être remboursées plus tard. Et aux dernières nouvelles, la banque centrale de Guinée a envoyé un courrier au CAGF de Dinguiraye pour lui signifier qu’aucun sou n’a été retiré au montant dédié à Dinguiraye » a indiqué une source proche de l’administration préfectorale qui a requis l’anonymat.
Aux dires de ladite source, le préfet a annoncé la ténue d’une importante réunion à Dinguiraye le 07 décembre pour valider les projets déjà montés et débloquer l’argent pour leur financement. Une façon de montrer que l’argent n’a pas été détourné.
Selon notre source, la délégation pour la ténue de la réunion sera composée du conseiller juridique du ministre de l’administration du territoire, le directeur national de la décentralisation, le directeur national du développement local, le gouverneur de la région de Faranah, les sous-préfets de Dinguiraye, les élus locaux, la société civile, les représentants des femmes et de la jeunesse.
En attendant des éclaircissements autour du FODEL, la situation est très tendue dans la ville de Dinguiraye.

Sadjo Bah pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus