Kankan : L’UNOG fustige le travail des enfants sur les sites d’orpaillage et envisage leur réinsertion dans le système éducatif

0 268

Les acteurs de la filière d’orpaillage artisanal s’inscrivent-t-ils dans la dynamique de lutte à outrance contre l’exploitation des mineurs dans les mines d’or ?

Le sujet était au centre d’une rencontre ce mercredi, 2 décembre dans la ville de Kankan en présence des autorités locales et d’une centaine d’acteurs impliqués dans le domaine d’orpaillage artisanal.

Cette rencontre marque le début d’une vaste campagne de sensibilisation pour « le retrait des enfants des sites d’orpaillage et leur réinsertion dans le système éducatif scolaire ».

Elle est initiée par l’Union Nationale des Orpailleurs de Guinée ( UNOG ) sous l’égide de Tidiane Koïta ,son président.

Différents intervenants ont dépeint les dangers imminents que courent les enfants sur les sites d’orpaillage : déperdition scolaire, risques de maladies ou d’accidents mortels et qui plus est, les travers sociaux dont ils peuvent être victimes à long terme. Ils ont également dénoncé le silence coupable de l’Etat, des parents et autorités coutumières,comme l’explique Youssouf Conté, le chargé des conflitsà l’antenne préfectorale de l’UNOG : « La problématique du travail des enfants sur les sites d’orpaillage est de plus en plus préoccupante avec le boom de l’orpaillage constaté ces dernières années. Dans la région de Kankan, notre région, une centaine de sites artisanaux d’orpaillage a été répertoriée .Beaucoup d’enfants de 13 à 17 ans, tous déscolarisés et non scolarisés ont élu domicile pour aider les amis chercheurs de l’or ».

Quant à Souleymane Koulibaly, le représentant du système éducatif, cette initiative vient en appuis aux efforts en cours dans le cadre de la scolarisation et du maintien des enfants à l’école

« La rencontre est d’une importance capitale en ce sens que nous déjà, avions pris le devant. Le vendredi dernier ,les acteurs de l’éducation étaient réunis sur cette décision qu’il faut prendre pour la scolarisation universelle de tous les enfants…et leur maintien à l’école. C’est pour vous dire une fois de plus, que nous avons pris le devant. Donc, cette campagne de sensibilisation d’aujourd’hui autour de laquelle il y a des parents vient pour nous appuyer dans notre action », a déclaré le chargé des ressources humaines à l’Inspection Régionale de l’Education (IRE).

Quoi qu’il en soit ,les autorités préfectorales, se sont engagées à soutenir mordicus ,toute décision émanant de ces acteurs de la filière d’orpaillage visant à éradiquer l’exploitation des enfants dans les mines du métal jaune et leur réinsertion dans le système éducatif. C’est du moins ce qu’a dit Yaya Condé, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, représentant le préfet à cette cérémonie

: « L’autorité entend accompagner les organisateurs dans la mise en application ,pas en œuvre, je dis bien en application des décisions qui vont en découler. Toute décision qu’ils prendront dans le sens de faire de l’extirpation des enfants hors des zones d’orpaillage franchement, ces décisions seront appliquées à la lettre », a-t-il promis.

Selon les organisateurs ,cette campagne ambitionne de contribuer à la promotion et à la protection des droits humains sur les sites d’orpaillage traditionnel dans toute la région de Kankan.

De Kankan, Mamadi CISSE, correspondant régional

Laisser un commentaire