Rentrée scolaire 2020/2021 : Le lycée Ahmed Sékou Touré est prêt à 99% selon le proviseur,Sidiki Kouyaté

A deux jours de la rentrée scolaire 2020/2021, les établissements scolaires du pays s’apprêtent à accueillir les élèves. C’est dans ce cadre que votre quotidien en ligne a tendu son micro au proviseur du lycée Ahmed Sékou Touré (Ex lycée Aviation) pour parler des préparatifs, les dispositions prises pour lutter contre la propagation du Covid-19. Un entretien à bâton rompu que nous vous proposons de lire :

Nous sommes à deux jours de la rentrée scolaire, est-ce que le lycée Ahmed Sékou Touré est prêt à accueillir les élèves ?

Sidiki Kouyaté : Depuis l’annonce de l’ouverture des classes, nous nous sommes mis à la tâche sans attendre pour préparer l’accueil des élèves à la date indiquée. C’est-à-dire, le 1er décembre 2020. A date, je puis vous dire que nous sommes prêts à 99% pour la rentrée scolaire.
Cette année, la rentrée est marquée par la pandémie du coronavirus. Avez-vous pris des mesures pour éviter la propagation du virus dans votre établissement ?

Sidiki Kouyaté : La question est la bienvenue. Toutes les dispositions sont prises. Le ministère a mis les bouchées doubles pour une bonne rentrée scolaire. Le département a procédé à un dépistage massif des enseignants de tous les établissements scolaires de la commune de Matoto. C’est une façon de prévenir avant la réception des élèves. Il faut que le corps professoral soit sain pour éventuellement mettre les élèves en sécurité sanitaire. En plus de cela, nous avons reçu des kits sanitaires offerts par la banque mondiale, l’Unicef par le biais du département de l’éducation. Nous avons des savons, du chlore, des bavettes en grande quantité et des thermo flash . Les kits sanitaires seront installés devant toutes les salles de classes. Bref, tout ce qui rentre dans la sécurité sanitaire, est prêt.
Quelles sont les mesures prises par votre établissement pour la distanciation physique des élèves dans les salles de classes ?

Sidiki Kouyaté : Par rapport à cette mesure, chaque établissement est engrain de prendre les mesures nécessaires parce que tous les établissements n’ont pas les mêmes capacités d’accueil. Chaque établissement dispose sa propre stratégie pour respecter la distanciation physique des élèves. Au lycée Ahmed Sékou Touré, nous travaillons dans ce sens là d’ici l’arrivée des élèves. Nous sommes entrain de travailler sur les quotas par salle de classes en tenant compte des tables bancs. Et avant le 1er décembre, nous afficherons les listes des élèves devant chaque salle de classe.

Avec la limitation du nombre d’élèves par classe dû au Covid-19, est-ce vous disposez de groupes pédagogiques nécessaires pour le bon déroulement des cours ?

Sidiki Kouyaté : Nous avons fait l’emploi du temps en fonction des restrictions dues au Coronavirus. Cette année, nous aurons 21 groupes pédagogiques. La chute de l’effectif au sein du lycée Ahmed Sékou Touré nous permettra de mieux gérer cette situation cette année. Parce que plus le nombre du groupe pédagogique augmente, plus les charges augmentent et plus le besoin de professeurs se pose. Mais franchement, nous maîtrisons la situation.

Quel est l’effectif du lycée Ahmed Sékou Touré pour la rentrée scolaire 2020/2021 ?

Sidiki Kouyaté : Pour la rentrée scolaire 2020/2021, nous démarrons avec un effectif d’environ 1 600 élèves. C’est un effectif estimatif. Mais avec l’ouverture, tout peut changer parce qu’il y aura des départs et des arrivées à travers les transferts. A l’approche de chaque ouverture, nous faisons des estimations. C’est ce qu’on appelle en terme technique, l’effectif prévisionnel. Mais il y aura une autre réalité après l’ouverture.

Combien de classes d’examen avez-vous au lycée Ahmed Sékou Touré au compte de l’année scolaire 2020/2021 ?

Sidiki Kouyaté : Cette année, nous avons deux (02) classes de Terminales sciences expérimentales, deux (02) terminales de sciences mathématiques et trois (03) classes de terminales sciences sociales. Au total, nous avons sept (07) classes d’examen.

D’habitude, quand la rentrée scolaire ne coïncide pas aux lundis, les élèves ont tendance à bouder les classes, quel appel avez-vous à lancer aux élèves et aux parents d’élèves pour réussir la rentrée scolaire ?

Sidiki Kouyaté : C’est vrai ! Nous sommes confrontés à ce problème à chaque rentrée scolaire. Cette année, le ministère de l’éducation a pris les devants par rapport à cette situation. Hier vendredi, le département a organisé une concertation de sensibilisation afin que les parents d’élèves libèrent les enfants afin qu’ils répondent massivement le jour de l’ouverture. Le département a utilisé tous les canaux d’informations pour sensibiliser les parents d’élèves et les élèves pour répondre à l’appel le jour de la rentrée. Mais qu’a cela ne tienne, nous avons nos propres stratégies. Nous avons rencontré les parents d’élèves avant la fermeture pour les dire de libérer les élèves le jour de la rentrée. Cette responsabilité les incombe. Les élèves doivent être préparés avant l’ouverture. Et ils nous ont promis que les élèves vont se présenter à l’école, le jour de la rentrée. Nous avons aussi dit aux élèves avant d’aller en vacances de se présenter à l’école le jour de l’ouverture avec un cahier même s’ils ne disposent pas d’uniforme. Ce, pour ne pas rater les premiers cours dispensés. Tout ceci est fait dans le but de les motiver pour la reprise.

Quelles sont vos attentes pour l’année scolaire qui s’annonce ?

Sidiki Kouyaté : Je souhaite que cette nouvelle année scolaire soit différente des précédentes. Parce que depuis quatre (04) ans, le système éducatif guinéen a toujours été victime de mouvements, de remous sociaux notamment les grèves et les mouvements politiques. Nous prions pour que cette année scolaire soit une année scolaire de paix dans nos concessions scolaires pour l’intérêt supérieur de la nation. Tant vaut l’éducation, tant vaut la nation. Le socle de développement d’un pays est l’éducation. Et quand on parle d’éducation, on sous entend les ressources humaines. Et si cette ressource humaine n’est pas qualifiée, cela va se répercuter sur le pays en général. Donc il faut épargner le système éducatif de tout trouble. C’est ce que je formule comme souhait pour l’année scolaire 2020/2021.

Quel est votre mot de la fin ?

Sidiki Kouyaté : Je lance un appel aux parents d’élèves pour qu’ils s’impliquent dans l’éducation des élèves. Et dans le respect des mesures barrières. Ici à l’école, nous sensibilisons les élèves pour le respect des gestes barrières et il faut que les parents d’élèves fassent de même à la maison. Il faut que les élèves soient protégés au minimum. La famille et l’école se complètent. Si on ne se complète pas, ça ne va pas marcher quelque part. L’école rouvre avec la pandémie du Covid-19 et il faut que chacun prenne ses dispositions pour que l’école soit épargnée. Chacun doit jouer son rôle.

Interview réalisée par Sadjo Bah pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus