Guinée : Zenab Dramé, ministre de l’enseignement technique accusée d’un détournement de 200 milliards Gnf (Médias)

0 676

Dans le cadre de la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics, le président Alpha Condé a annoncé à travers un décret le 13 novembre dernier, une déclaration de patrimoine. Une commission restreinte émanant de la présidence a été créée dans ce sens, pour recenser les biens des hauts cadres de l’État.
Quelques jours après la mise en place de ladite commission, la ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle est la première a être épinglée. Zenab Dramé, plus connu sous le nom de Zenab Nabaya est accusée d’un détournement de 200 milliards de francs guinéens.
Ce montant colossal qui donne des tournis aux citoyens ordinaires a disparu des radars entre le ministère de l’enseignement technique et de la formation, des ministères de la santé et de l’agriculture où Zenab Nabaya était DAF.
« Pour l’organisation des examens nationaux au compte de l’année 2020, le ministère a demandé 27 milliard de francs guinéens.

La ministre Zenab a majoré ce montant à 43 milliard de nos francs. Soit une augmentation de 65,38% du montant initial. Pire, sur les 43 milliard GNF débloqués des comptes du trésor public pour l’organisation des examens, elle n’a donné que 15 milliard GNF au chef service des examens et contrôle qui ne suffisaient pour l’organisation des deux semaines d’examens théorique et pratique. Elle a empoché toute seule et ses complices 28 milliard GNF au lieu de les retourner dans les caisses de l’Etat », a déclaré une source proche du dossier avant d’ajouter qu’elle a laissé un déficit de plus de 100 milliard GNF quand elle était DAF au ministère de la santé.

« Au ministère de l’agriculture, l’équipe d’enquête a établi un montant de 56 milliards de francs guinéens subtilisé par Zenab Nabaya quand elle était DAF là-bas…», rapporte nos confrères de Guineenews, qui cite une source anonyme.
Selon Guineennews, la ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle et de l’emploi a avec la complicité du ministère du budget, obtenu 35 milliards pour l’équipement des centres de formation de Kankan, Kerouané, Siguiri et N’Zérékoré.
Dans sa lettre adressée au ministre du budget, la ministre a indiqué dans l’intitulé « Achats d’autres produits » sans mentionner « Achats d’équipements ». Et après une demande de justification, il s’avère que les 35 millions ont été débloqué mais aucun équipement n’a été acheté.
A en croire Guineenews, l’agence française de développement (AFD) a donné au ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle via l’ANSS, 1 milliard 300 millions de francs guinéens. Un montant destiné aux centres de formation professionnelles (CFP) pour les mesures préventives et de la lutte contre le Covid-19. Et là aussi, il s’est avéré qu’aucun CFP n’a bénéficié de ce don.
Nos confrères indiquent finalement que 15 milliards de francs guinéens ont été décaissés et payés à la ministre par le ministre du budget au titre de « Primes de séparation » qu’aucun cadre du département n’a entendu parler.

Lors d’une de ses récentes sorties, le président Alpha Condé a soutenu que certains jeunes DAF qu’il a nommés sont devenus plus riche que lui.

Actuguinee.org

Laisser un commentaire