Kankan : Une salle affaire de détournement de fonds destiné aux producteurs de la filière de cajou.

0 475

En Haute-Guinée, la fédération des producteurs de noix de cajou, est très remontée après le passage de la mission du bureau des exportateurs chargée d’acheter les récoltes de noix de cajou dans la région. Ils l’ont fait savoir au cours d’une réunion extraordinaire qui a réuni plusieurs responsables de ladite structure à Kankan, ce samedi 10 octobre.

Ces producteurs de cajou accusent la mission des acheteurs d’avoir détourné une bonne partie de la pharamineuse somme d’argent financée par le gouvernement guinéen, dans le cadre de l’atténuation des impacts négatifs causés sur la filière par la pandémie de Covid-19.

Une situation que déplore le président de la fédération nationale des producteurs de l’anacarde : « Le gouvernement a accordé 15 milliards de francs guinéens pour aider les paysans à liquider les stocks qu’ils disposaient suite aux difficultés engendrées par la pandémie que nous vivons actuellement mais malheureusement, les gens qui sont venus, qui ont dit qu’ils sont là pour acheter, nous avons malheureusement compris qu’ils n’ont rien acheté du tout parce que quand on estime que 15 milliards sont débloqués, ils n’ont acheté dans toute la Haute-Guinée, qu’environ 100 tonnes. C’est vraiment ridicule », a déclaré le Professeur Mohamed Lamine Kaba.

Les producteurs de la filière de cajou accusent les missionnaires d’avoir orienté le fonds vers d’autres acteurs auxquels il n’était pourtant pas destiné

 :« Les acheteurs qui sont venus en Haute-Guinée n’ont pas payé l’anacarde dans les mains des paysans. Ils ont fait avec les commerçants. Voilà pourquoi nous sommes fâchés », s’est indigné Elhadji Madifing Diakité, le président de la chambre préfectorale d’agriculture de Mandiana

« Ils ont dit à Conakry que nous sommes prêts à boycotter l’élection (Présidentielle du 18 octobre prochain ndlr). C’est pas le problème des paysans. Nous sommes prêts pour accompagner le Pr Alpha Condé. Il nous a donné la semence de l’anacarde, de maïs, de sésame et en plus ,il a donné l’engrais. Pourquoi on va boycotter son électorat ? », s’est-il interrogé.

Les participants à cette rencontre ont sollicité auprès du gouvernement, l’achat de l’intégralité d’importantes quantités de cajou qui restent encore aux mains des pays. Pour y parvenir, ils souhaiteraient que tout fonds alloué à cette cause ,passe désormais par la chambre nationale d’agriculture et la fédération nationale des producteurs de l’anacarde.

Mamadi CISSE correspondant régional

Laisser un commentaire