Santé / Pourquoi vacciner les enfants contre la polio ?: Le Directeur National du PEV apporte des précisions

0 79

Le ministère de la santé à travers son Programme Élargi de Vaccination ( PEV), a organisé jeudi dernier, une conférence de presse axée sur la campagne de vaccination contre la poliomyélite.

Le PEV se propose donc ,de vacciner près d’un million deux-cent- mille enfants âgés de 0 à5 ans. Pour y parvenir, 1 million 300 mille doses de vaccin antipolio sont en train d’être administrées par 4262 agents vaccinateurs et 2131 mobilisateurs disséminés dans tout le pays. Ce premier tour de riposte s’étendra du 3 au 6 octobre courant dans les districts sanitaires de Kankan, de Labé, de Faranah et de Nzérékoré.

Exif_JPEG_420

A rappeler que ces activités, solennellement lancées jeudi dernier ,visent à stopper la circulation du poliovirus qui a déjà touché 18 enfants à travers le pays, entre juillet et septembre 2020.

Lors de la conférence de presse tenue dans un réceptif hôtelier de la place, les experts ont donné de larges explications sur ladite campagne mais aussi sur les modes de transmission de cette maladie très contagieuse qui provoque une paralysie définitive des membres de la personne infectée entraînant parfois la mort.

Selon le Dr Moustapha Dabo, coordinateur national du Programme Élargi de Vaccination (PEV), la vaccination : « réduit aux familles et à l’Etat, les énormes dépenses liées aux soins des maladies qui pouvaient être évitées par la vaccination ». Toujours selon lui, « La poliomyélite se transmet d’un enfant malade de polio à un autre enfant sain et non vacciné par l’intermédiaire des aliments, de l’eau et des mains souillées par les selles d’une personne infectée », a-t-il alerté.

Cette campagne de riposte contre la polio est appuyée par des partenaires techniques et financiers comme l’UNICEF, l’OMS, l’USAID etGAVI.

En activité il y a 32 ans sous la tutelle du ministère de la santé, le PEV a pour mission de concevoir, de coordonner, de planifier, de suivre et d’évaluer les activités de vaccination en République de Guinée.

Mamadi CISSE correspondant régional

Laisser un commentaire