Siguiri: Les orpailleurs interpellent les dirigeants de l’UNOG

0 70

Plus les jours passent ,plus le fossé se creuse davantage entre les orpailleurs de Siguiri et Tidiane Koïta, le tout nouveau président de l’Union Nationale des Orpailleurs de Guinée (UNOG).

Le retard du renouvellement de l’antenne locale de cette structure en serait la principale pomme de discorde.

L’exploitation minière à Siguiri, reste dominée par la destruction ,à un rythme inquiétant de l’environnement, l’insécurité, le travail des mineurs dans les gisements aurifères ainsi que par le manque d’appuis institutionnel et financier aux opérateurs locaux de la filière d’orpaillage artisanale.

Ces derniers sont montés au créneau pour dissoudre leur bureau préfectoral auquel ils reprochent de gérer l’entité de manière inefficace et opaque. Au cours de cette réunion tenue sur place, en mi-août dernier, les participants ont sollicité ,auprès des nouveaux dirigeants de l’Union Nationale des Orpailleurs de Guinée, d’organiser au plus vite, des élections pour la montée d’une nouvelle équipe dirigeante.

Pour l’heure, tous les regards semblent tournés vers un opérateur local qui a déjà montré ses talents aussi bien dans le domaine de l’orpaillage ,de l’agriculture que dans l’élevage. Issa Magassouba alias ‘’Bougoudakouda Issa” puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été accueilli fin août dernier ,par un géant carnaval à Siguiri-centre, sur son chemin de retour de Conakry où il pris part à la cérémonie d’installation de Tidiane Koïta au poste de président de l’UNOG.

« L’ancien bureau dirige depuis près de 20 ans avec un bilan négatif », avait-il dénoncé avant de poursuivre: « Siguiri est une grande zone d’orpaillage artisanal mais son apport au développement local reste très minime. Pas de forage,pas d’école encore moins de bureau propre à notre structure à Siguiri. Cela est inacceptable. A cause du non respect des normes qui régissent le fonctionnement de notre structure, l’Etat a du mal à nous venir en aide.C’est pour toutes ces raisons que nous voulons une nouvelle génération aux commandes. Mais, nous constatons toujours une certaine lenteur du côté de Tidiane Koïta en qui pourtant ,nous fondons beaucoup d’espoirs pour atteindre le changement tant souhaité», avait-il déclaré au sortir de cette cérémonie de réception organisée à son honneur sur la place des martyrs de Siguiri.

Toutes nos tentatives pour joindre le président du bureau dissout sont restées vaines. Cet appel au renouveau tombera-t-il dans de bonnes à l’UNOG ?

Attendons de voir !

Depuis Siguiri, Mamadi CISSE, correspondant régional,Chef du bureau Haute-guinée

Laisser un commentaire