Saison 13 du groupe Hadafo médias : les départs, les arrivées, les nouveautés, Lamine Guirassy se confie (interview)

0 313

Ça sent la nouvelle saison à Hadafo Médias. Le leader de l’audiovisuel de la Guinée, sous la houlette de son PDG, Lamine Guirassy, s’apprête à lancer sa saison 13, après des vacances bien remplies, mais à la fois mouvementées, en raison des nombreux départs que le groupe a enregistrés cette année.

A 24 heures d’une rentrée annoncée comme ‘’majestueuse’’, dans une interview qu’il a bien voulu accorder à votre média en ligne, Mosaiqueguinee.com, Lamine Guirassy, à cœur ouvert, avec son franc-parler habituel, s’est confié sur plusieurs sujets.

Les départs, les arrivées, les nouveautés, la HAC…il en a profité pour appeler la corporation à éviter de tomber dans le piège des politiques, celui de la division.

Lisez plutôt !

M. Lamine Guirassy Guirassy bonjour ! Merci de nous avoir accordé cette interview. Comment s’annonce la reprise de cette année au sein de votre groupe ?

Lamine Guirassy : La nouvelle rentrée se prépare dans de meilleures conditions. C’est vrai que c’est une année particulière que nous avons vécue au sein du groupe, mais comme on le dit, la vie d’une entreprise, c’est comme une vicissitude. Il y a des moments de fous rires, de tensions, des bons moments, c’est comme ça. Je le dis et dans tout ça, je pense que ce qui va primer évidemment, c’est le professionnalisme mais surtout la sérénité. Donc, on prépare la nouvelle rentrée dans ces conditions-là.

Comment vous percevez les départs constatés cette année au sein de votre média ?

C’était prévisible, on était déjà préparé par rapport à tout ça, depuis 2018 déjà. Est-ce qu’il y a eu des prémisses ? c’est comme ça je vais le dire, des départs prévisibles, oui ou non ? Je ne peux vraiment le dire, en tout cas, ceux dont j’étais déjà au courant, c’était le départ de Aboubacar Diallo, qui nous a prévenus en décembre 2019 comme quoi il allait partir à la fin de la saison. Et puis voilà, Titi, c’est quelqu’un qui est resté quand-même 7 saisons au sein de la boite et qui a tout donné. Je le remercie d’ailleurs de passage. Après quand il y a de nouveaux médias, il faut toujours s’attendre à ce qu’on puisse partir sur les viseurs pour essayer de voir dans quel contexte. Ça fait partie de la vie. Le plus important, c’est d’avoir des réserves. Si vous vous rappelez, il y a deux ans, on a pu faire Espace Talent, mais pour nous, il y a un vivier qui est là où on essaye à chaque fois d’avoir des doublures si on peut le dire ainsi, parce que rien n’est sûr. Le plus important, c’est de savoir faire et de faire différemment les choses et c’est ce que nous faisons à Hadafo médias depuis 10 ans.

Un mot pour vos auditeurs et téléspectateurs, à quoi peuvent-ils s’attendre ?

Je pense qu’il n’y a pas qu’à Hadafo où il y a eu de départs, il y a d’autres médias mais pourquoi ça ne focalise pas l’attention ? C’est parce qu’on est leader, c’est normal mais après, le plus important, c’est de rassurer ces téléspectateurs et ces auditeurs que nous nous sommes là et que nous allons les servir de la plus belle manière possible. Il y a à chaque fois peut-être des pronostics par rapport à certaines choses, mais souvent on se trompe sur toute la ligne. Ces collaborateurs qui sont partis, sont partis pour des raisons qu’eux seuls peuvent évoquer. Evidemment, en ma connaissance, on n’est jamais resté à Espace au bout de 10 ans, ceux qui ont fait 7 ans sans être payés à la fin du mois, si on peut appeler ça salaire. J’entends beaucoup de choses aussi comme vous l’entendez, mais le plus important, je pense que c’est de garder le cap. D’autres partent, d’autres reviennent, ceux qui sont partis de l’équipe des Grandes Gueules, avant eux, il y avait d’autres personnes, entre autre. Donc, pour nous, je pense que si nos auditeurs et téléspectateurs s’inquiètent, c’est parce qu’ils croient à notre savoir-faire, ils ont Espace dans leurs cœurs. Qu’est-ce qu’on peut leur dire, c’est de ne pas s’inquiéter et de leur dire que la nouvelle saison qui va démarrer dès lundi, nous allons faire tout ce qu’il y a en notre pouvoir pour essayer de les égayer à notre manière, parce que la différence entre cette saison et celle dernière, c’est d’abord aussi une année électorale. Donc, nous avons vraiment mis le paquet dans ce sens-là, pour être là, pour eux, parce que c’est aussi l’année des fake news, on dit tout et n’importe quoi sans vérifier heureusement qu’il y a des sites sérieux aujourd’hui qui relayent des bonnes informations. Donc, à mon sens, je dirai tout simplement à ces auditeurs et téléspectateurs que quoi qu’il arrive, nous allons les servir dans les quatre régions naturelles et dire à nos téléspectateurs que nous sommes là aussi pour eux, parce que, pour nous, c’est que nous avons l’avenir. Nous avons démarré, il y a plus de 10 ans aujourd’hui, ça ne peut pas s’arrêter comme ça pour X raison, parce que, s’ils nous font confiance, c’est parce qu’ils savent ce que Espace est capable de faire et dans ce sens je le dis, je ne suis pas un patron, je suis un ouvrier, et dans ce sens, quand la passion nous tient, ça devient un jeu quelque part. Ce qui se passe cette année, je pense qu’il fallait que ça arrive quelque part, pour nous réveiller, pour nous dire attention, vous n’êtes pas seuls dans la danse, donc, en même temps ça relance les choses.

Quelle sera la nouveauté de cette nouvelle rentrée ?

La nouveauté, quand vous prenez radio Espace, c’est d’abord l’arrivée d’Ahmed Kourouma que les guinéens connaissent comme politique, sauf que cette fois-ci, il ne l’est pas, il l’est plus maintenant, parce que, c’est une reconversion qui s’est faite, il est plus aujourd’hui animateur radio, chroniqueur, j’ai envie de dire même éditorialiste. Donc, ça s’est présenté, il y a deux ans de cela qu’il a émis le souhait de rejoindre le groupe mais moi ça me posait un problème, parce qu’après, comment ça peut être interprété, mais cette année j’ai dis “GO” tout de suite, parce que je sais qu’il est libre. Une année politique et puis il va avoir une émission politique à l’antenne que nous allons dénommée ‘’Kourouma et compagnie’’, un programme qui existait déjà, il 8 ans avec M. Condé, donc ‘’CONDÉ et compagnie’’, et, voilà pour nous c’est important qu’il puisse retrouver un temps son monde, donner ses idées par rapport à tout ce qui peut advenir et Thianghèl aussi qui revient pour une sorte de parodie en tout cas l’actualité. Donc dès lundi, à 7 heures, les auditeurs auront cette couleur à l’antenne, on a pensé aussi à la diaspora avec ‘’Diaspo Connexion’’ qui va débarquer sur Espace TV, des émissions de jeux, même si on vit une période assez difficile avec coronavirus, mais on s’est dit quelque part qu’il fallait ce besoin, parce que quand vous regardez les programmes en Guinée, presque ça se ressemblent, donc cette différence, c’est de dire OK, c’est bien la politique, le débat, mais il faut des divertissements à l’antenne et c’est ce que nous essayons de faire. C’est Mariata qui va démarrer cette saison avec non seulement son programme de samedi ‘’Hits and Clips’’ mais aussi ‘’Découverte Espace’’, parce que pour nous, c’est important et les radios régionales aussi qui vont avoir beaucoup plus d’indépendance.

Votre mot de la fin?

C’est de vous remercier, on est très fier de vous, de continuer dans ce sens-là, quoi qu’il arrive, parce que ce n’est jamais facile. On vit une période exceptionnelle et dans tout ce que nous faisons aujourd’hui, il ne faudrait pas du tout accepter qu’on nous divise, parce que c’est fait à dessein si on peut le dire ainsi. Si nous tombons dans ce jeu-là, c’est la presse qui va s’éclater et ça n’a pas de sens. On ne va pas parler de la HAC, c’est pour moi, prématuré de parler d’une institution qui n’a pas encore fait ses preuves. Dans ce sens, il y a de l’espoir, parce que Boubacar Yacine Diallo, quand-même c’est beaucoup d’années dans le métier, c’est un monsieur qui nous inspire confiance, en tout cas moi, jusqu’à preuve du contraire et je pense qu’il faut accorder le bénéfice du doute, à dire qu’il est là pour tous les médias, s’il faut nettoyer la corporation, parce que tout n’est pas rose évidemment. Je pense que c’est important qu’on puisse s’unir et ce n’est pas vraiment dans la bouche, c’est important. Et malheureusement, il y a beaucoup d’hypocrisie dans notre milieu aujourd’hui et je pense que tous ensemble, on va gagner. Si on se divise, c’est les politiques qui vont gagner.

Je vous remercie !

Interview réalisée par Al Hassan DJIGUE in Mosaiqgueguinee

Laisser un commentaire