Oumar Barou Koulibaly, réceptionné en héro à Siguiri : « Notre rêve,c’est de créer un comité de concertation pour le développement de Siguiri »

0 934

La préfecture de Siguiri dispose désormais d’un camion ‘’sapeur-pompier’’ de 10 mille litres d’eau et d’un autobus de 75 places assises pour le ‘’ Manden FC’’ nom de l’équipe préfectorale de football.

Ces véhicules sont offerts par Oumar Barou Koulibaly, opérateur économique impliqué dans la résolution de nombreux conflits communautaires .

En guise de remerciement à l’endroit du donateur, sur le chemin de retour de Conakry, plusieurs associations de jeunes, d’hommes et de femmes munies de pancartes ,lui ont réservé un accueil triomphal dans la ville de Siguiri, ce samedi5 septembre.

A la loge des officiels drapée de rouge-jaune-vert, ily avait notamment l’épouse de Barou Koulibaly,le préfet de Faranah Ibrahima Kalil Keita, le président de Djélitömba National ,l’honorable Yö Mamoudou Kouyaté, Amadou Yes Diallo , opérateur économique et Niandan Laye Doumbouya de la confrérie des chasseurs, le tout encadré par la police. Dans son discours de circonstance, Barou Koulibaly a demandé au public d’observer une minute de silence en mémoire des martyrs qui « ont renoncé aux intérêts personnels pour servir la patrie ». Il citera en exemples feux Almamy Samori Touré, Sékou Touré dont le portrait était exhibé dans la foule, l’honorable Mamadi Diawara et El hadji Sori Magassouba, ancien imam de la grande mosquée de Siguiri.

Barou Koulibaly

Oumar Barou Koulibaly a profité de cette occasion pour appeler à l’union sacrée en vue de créer un comité de concertation qui réunira en son sein ,toutes les catégories sociales ,sans exception. Cette structure sera chargée de répertorier les préoccupations des communautés à la base et devra servir d’interface, entre la population locale et les décideurs de haut niveau.

« Je vous invite au pardon et à l’acceptation mutuelle. Siguiri est une préfecture bénie sans égal en Guinée. Nous sommes dotés en quantités et en qualités suffisantes en or mais nous, il nous sommes sans électricité, sans eaux et sans route parce qu’on ne s’entend pas.Cherchons à mettre des hommes crédibles entre nous et les autorités. Raison pour laquelle, lors de mon séjour à Conakry nous avons contacté certains ressortissants pour qu’ils s’ajoutent à nous dans le cadre de la création d’un comité de concertation qui servira d’interface entre nous et les chefs », a-t-il conclu.

Mamadi CISSE, correspondant régional,Chef de bureau Haute-Guinée

Laisser un commentaire