Élie Kamano : « Même avec ce fichier électoral, on peut battre Alpha Condé »

0 106

Sauf changement, l’élection présidentielle guinéenne va se dérouler le 18 octobre prochain. En marge du lancement officiel de la campagne de mobilisation de fonds pour soutenir sa candidature, Élie Kamano a réitéré qu’il va à l’élection pour battre Alpha Condé dans les urnes.
Le président du PGSD y croît dur comme du fer. Et cette fois-ci, il va un plus loin. Élie Kamano estime que même avec l’actuel fichier électoral, il est capable de battre le chef de l’État dans les urnes.
« Même avec ce fichier, on peut battre Alpha Condé parce que les citoyens qui y figurent sont fatigués de lui » a déclaré Élie Kamano, le candidat du parti guinéen, pour la solidarité et la démocratie (PGSD).
Pour battre Alpha Condé, l’ancien artiste, compositeur souligne qu’il appartient aux guinéens de changer de disques.
« De 1984 à 2020, nous avons l’impression de suivre une série télévisée à plusieurs épisodes, composée uniquement des mêmes acteurs. Et comme si cela ne suffisait pas, dans l’épisode 2010 – 2020, les metteurs en scène nous ont servi le tribalisme, le communautarisme, l’ethnocentrisme, encourageant un sévère repli identitaire, qui a malheureusement et considérablement fragilisé le tissu social » a-t-il ajouté.
Plus loin, Élie dira : « Nous avons donc deux choix à faire, chers militants et compatriotes : le premier consiste à changer de disque pour changer nos conditions de vie par des jeunes et le second consiste à rester avec le même disque pour continuer à supporter et mourir pour des loups-garous politiques qui n’ont plus d’avenir »
Plusieurs leaders de la classe politique guinéenne hésitent à prendre part à l’élection présidentielle à cause notamment du fichier électoral. Bon nombre d’entre eux estiment que le fichier électoral guinéen est « Corrompu ».
Pour rappel, lors du double scrutin législatif et référendaire, des experts de la CEDEAO avaient demandé le retrait de 2,4 millions d’électeurs, enrôlés sans pièces justificatives.
A la fin du mois de juillet dernier, la CENI avait lancé une opération de « révision exceptionnelle » des listes électorales qui n’a pas connu beaucoup d’engouements.

Sadjo Bah pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire