Présidentielle : Le Président de l’UFDG,Cellou Dalein veut-il se dédire ?(Par Algassimou Korbè Diallo)

0 1 888

Aussi surprenant que cela puisse paraitre, Cellou Dalein Diallo Président de l’UFDG a adressé une lettre à sa base pour demander leur avis sur son éventuelle candidature aux présidentielles du 18 octobre 2020. Ce qui donne à réfléchir sur la véritable intention de ce leader politique qui semble défendre ses propres intérêts et non celui du peuple. Cette attitude prouve à suffisance sa responsabilité dans les violences orchestrées lors des différentes marches dites pacifiques.

Demander l’avis de sa base pour sa candidature aux élections signifie que celle-ci est  responsable des violences. C’est elle qui a demandé de faire les marches, pour conduire les enfants à l’échafaud. La métamorphose de l’UFDG en FNDC a mis à nu l’immaturité politique des leaders, qui croient pouvoir s’opposer à la volonté populaire et occasionnant ainsi la mort de 99 personnes (Chiffe donné par Cellou Dalein ). En vain, ils ont voulu empêcher le double scrutin du 22 mars 2020, en organisant des manifestations à caractère insurrectionnel.

Dalein et ses pairs de l’opposition ont tous incriminé le fichier électoral, ils ont porté plainte à la CEDEAO et à l’UA pour demander sa correction. Ils ont accusé la CENI d’avoir truffé le fichier d’électeurs fictifs ainsi, plus de deux millions de guinéens ont été privés de leur droit de vote. Pour eux, ces citoyens allaient se soulever contre cette mesure mais, par patriotisme ils ont choisi la patrie au détriment du vouloir des pyromanes.

Dalein et compagnie disaient ne jamais reconnaitre la nouvelle constitution et la nouvelle assemblée nationale. Ils ont défini clairement leur position de ne pas accepter la candidature du Pr. Alpha CONDE pour un troisième mandat, aussi de ne pas participer aux élections avec cette nouvelle constitution et la 9ème législature.Cette position n’était rien d’autre que la continuation de leur retrait du double scrutin du 22 mars 2020. Mais contre toute attente, ce coup de théâtre vient bouleverser leur programme préalablement établi. Ce serait suicidaire politiquement pour un leader de refuser de  participer à la fois aux législatives et aux présidentielles de son pays.

Cette démarche prouve à suffisance le mépris de Dalein pour sa base. On se demande alors pourquoi il s’est obstiné à entrainer ses militants dans une contestation sans issue. Ceux qui sont morts, sont morts pour rien, et cela ne le dissuadera pas de continuer son combat pour être Président de la République de Guinée, même si Dieu ne l’y a pas prédestiné. Maintenant il va se dédire car participer aux élections c’est reconnaitre tacitement la nouvelle constitution, la nouvelle Assemblée nationale et le fichier électoral qu’il a tant discrédité.

Le communautarisme ne peut jamais gagner en Guinée, c’est le péché mignon de Dalein qui croit comme fer, que sa seule communauté pourra le porter au pouvoir.Aujourd’hui nombreux sont ses militants qui n’approuvent plus sa stratégie de combat. Depuis combien d’années il pratique la même démarche, aucun changement de méthode, toujours le refus systématique de se rendre à l’évidence et éviter d’envoyer les jeunes dans la rue. Une sagesse populaire dit : « C’est ici que j’ai cogné ma tête, cela peut arriver mais, dire que c’est ici qu’on doit cogner sa tête relève de la bêtise et de l’ignorance ».

Quand un leader politique a un programme de société bien élaboré, il n’a pas besoin d’être dubitatif. Par la force de ses arguments il persuade ses militants aisément. Mais si c’est l’argument de la force qu’il fait prévaloir, il drainera une foule très considérable mais sans conviction idéologique. La culture de la haine et le mépris de l’autorité peut avoir un effet boomerang contre celui qui la pratique. La méconnaissance du peuple de Guinée pousse de nombreuses personnes à faire des erreurs d’appréciation. Aucun autre peuple africain ne ressemble au peuple de Guinée qui est un peuple responsable et qui connait ce qu’il veut.

Ce n’est pas la rue qui donne le pouvoir, et ce n’est pas  non plus elle qui doit décider du départ d’un président démocratiquement élu. Si Dalein et compagnie ont réellement confiance en leur programme de société et en leur capacité de persuasion des électeurs, qu’ils acceptent d’aller aux élections. C’est par les urnes que le Pr. Alpha CONDE est arrivé au pouvoir et c’est aussi par les urnes qu’il le quittera. Chacun défend les actes qu’il a posés. On mettra alors en face l’un de l’autre les gigantesques réalisations du président et les dégâts incommensurables de Dalein sur la société guinéenne.

Pour prouver le superlatif de poids lourd de l’opposition, qu’il accepte venir aux élections ainsi, celles-ci seront inclusives. Alors à l’issue des élections, l’opinion publique nationale et internationale apprécieront les résultats des urnes. C’est cela le combat démocratique, le combat civilisé et non la destruction des biens publics et les jets de pierres par une prétendue section caillou.

Il revient aux militants de Dalein de comprendre que leur leader n’est pas un Dieu et qu’il n’a pas droit de vie et de mort sur eux. Ceux qui sont morts bêtement pour qu’il soit porté au pouvoir ont perdu et ici et à l’au-delà. Leurs parents n’auront que leurs yeux pour pleurer car, Cellou vient de prouver que ces morts ne le disent rien, son seul objectif visé c’est Sékoutouréya. Est-il réellement prédestiné à cela ?

On verra bien !

Algassimou Korbè Diallo,militant UPR Lélouma

Laisser un commentaire