Organisation de la CAN en Guinée : Le COCAN en panne sèche !

0 180

La coupe d’Afrique des Nations est une organisation d’évènements majeurs en Afrique. Car, elle intéresse tous les continents du monde. Et elle est l’occasion ultime pour les firmes de chaussures de jeu, de tee-shirts, de restaurants-hôtels, des tenanciers de véhicules à proposer leur marché. Mieux, les recruteurs européens, ascitiques et américains peuvent lorgner les poulains qui peuvent faire leur affaire. Après le Cameroun en 2021, c’est la Guinée, en tant que grande nation de football, qui serait mieux indiquée pour l’organisation de cette prestigieuse compétition sportive de coupe d’Afrique des Nations en 2025. Si la volonté politique et sportive y est.

Le comité d’organisation de la coupe d’Afrique des Nations (COCAN) est mis sur pieds. Un duplex flambant neuf avec bureaux équipés de climatiseurs, d’ordinateurs et de mobiliers est mis à sa disposition. L’installation de l’équipe dirigeante s’est déroulée de façon pompeuse. Mais jusqu’à nos jours, le jalon d’une éventuelle démarche allant dans le cadre de l’organisation n’y est posé.

Parait que certains cadres du football, après leur nomination à des importants postes au cocan, n’ont jamais y foutou pieds. Parce que, selon eux, aucune condition idoine n’y est dégagée pour permettre aux cadres de mieux travailler. Et c’est le ministre des sports, Sanoussy Bantama Sow qui s’érige en maître absolu et se fait moins visible là-bas. Surtout qu’il est totalement absorbé par ses activités politiques.

De nos jours, le COCAN patine sur des cordes raides et peine à bouger. Alors que la coupe d’Afrique, c’est demain. Le pays organisateur, la Guinée n’a ni stades à l’intérieur du pays, ni établissements hôteliers, encore moins d’infrastructures routières pour l’acheminement des équipes d’un stade à un autre.

Pourtant, le pays ne manque pas de compétence en la matière. Et le ministre Bantama Sow n’a choisi que des cadres très occupés à leurs postes. Et depuis le mois d’avril, parait que des cahiers de charges avaient été élaborés. Mais leur mise en vente serait bloquée par la COVID-19. Et la coupe d’Afrique des nations, c’est justement demain.

Selon nos sources, il y aura bien sûr des remplacements en ces jours, si toutefois les absents à leur poste de travail ne changent pas de comportement. Mais comment peut-on aussi occuper des bureaux vides sans qu’un moyen financier, minime soit-il, ne soit dégagé. C’est la question qui taraude dans les débats au siège de COCAN.

Aujourd’hui, pas de personnel au grand complet. Pas de fonds de fonctionnement. Pas d’infrastructures sportives. Pas de moyens de locomotion. Pas de routes. Et le pays qui postule pour l’organisation de cette coupe ne dispose aucune flotte pour le transport aérien des équipes. Voilà à peu près ce qui se trame sur l’état des lieux au COCAN.

Si la Guinée veut sortir par la grande porte dans l’organisation de cette coupe d’Afrique des nations, il faut que l’autorité au sommet de l’Etat se lève. Sinon, il y aura une possible et cinglante disqualification de la Guinée de dernière minute pour incompétence notoire avérée.

Abbas Aziz  pour http://Actuguinee.org

Laisser un commentaire