Présence des ‘’miliciens’’ guinéens au mali : Voici la réaction de l’ambassadeur guinéen à Bamako

0 343

 Le ministère de la Défense guinéen a démenti avoir envoyé des soldats au Mali pour aider IBK à contenir « la désobéissance civile » enclenchée dans la suite logique des manifestations organisées par le Mouvement M5, le 10 Juillet 2020 dernier. La manifestation qui a conduit aux saccages et pillages des biens publics et privés continue d’alimenter les débats dans notre pays.

Le Directeur de l’Information et des Relations Publiques de l’Armée, la DIRPA du pays voisin du Mali, a démenti le 13 juillet l’envoi de soldats supplémentaires ces derniers jours. Confronté à des émeutes depuis le 10 juillet suite à l’appel à la « désobéissance civile » lancé par le M5-RFP, le Président IBK aurait prétendument eu recours à des militaires étrangers pour le rétablissement de l’ordre dans le pays selon les informations qui circulent sur les réseaux sociaux. Cette thèse défendue par les responsables de la contestation suggère notamment que certains « mercenaires » seraient envoyés depuis la Guinée pour prêter main forte.

« Du calme ! », a tempéré les ardeurs, le Directeur de l’Information et des Relations Publiques de l’Armée guinéenne. Également Porte-parole du ministère de la Défense Nationale de la Guinée, Aladji Cellou a affirmé dans un post sur Facebook le lundi dernier, que son pays

« n’a pas besoin de déployer en cachette des soldats supplémentaires au Mali ». L’armée guinéenne est « présente en permanence sur ce terrain depuis… 2013 avec d’abord une compagnie de 145 soldats (dispositif Nimba) puis à partir de 2015 avec un bataillon (opération Gangan) de 850 combattants surentraînés et suffisamment équipés. Sous bannière des Nations-unies », a-t-il précisé.

Cependant, l’information qui est devenue une trainée de poudre au sein de l’opinion, a obligé l’Ambassade de la Guinée au Mali de réagir selon certaines sources. Le démenti formel de la participation de militaires guinéens au maintien d’ordre au Mali est venu de l’Ambassadeur de la Guinée dans notre pays : « C’est faux et archi faux », a-t-il déclaré d’après mediaguinée.org.

Notons que depuis que cette accusation fait « la Une » des réseaux sociaux, aucun communiqué officiel de la part du Gouvernement n’a fait l’objet d’un démenti. A ce jour, il est difficile d’établir un bilan des dégâts mais surtout des victimes de ces manifestations qui ont endeuillé le pays. Certaines sources évoquent 11 décès alors que d’autres font cas de plus de 20 morts. Le Gouvernement et l’Imam ont tour à tour appelé au calme. Hier matin un calme précaire est revenu dans la ville de Bamako, épicentre de la contestation.

Laisser un commentaire