Bah Oury : « La Cour Constitutionnelle de la Guinée a porté un coup de poignard dans le cœur de la République »

1 203

« Par deux fois, en six mois la Cour constitutionnelle de la Guinée a porté un coup de poignard dans le coeur de la République. Dernier rempart pour la protection des fondemendaux de l’Etat de droit, la cour constitutionnelle s’est révélée complice de l’instauration du désordre.

En refusant de se prononcer sur le contenu du projet de la nouvelle constitution en décembre 2019 la Cour constitutionnelle a cautionné le viol des dispositions d’intangibilité qui verrouillaient le socle démocratique de la loi suprême du pays; ouvrant ainsi la voie au 3 éme mandat.

En présentant le texte promulgué en avril 2020, différent du texte proposé à l’approbation du peuple de Guinée le 22 mars, comme étant la constitution de la Guinée, la Cour constitutionnelle a blanchi un crime puni par le code pénal à savoir le “crime contre la confiance publique”.

La Cour constitutionnelle assume ainsi sa participation active avec l’exécutif guinéen à l’instauration d’un régime en rupture avec les normes constitutionnelles de l’Etat de droit et de la légalité républicaine.Où sont les magistrats du pays ? Votre silence vous dessert ! »

1 commentaire
  1. […] De conclure, Bah Oury indique que la Cour constitutionnelle assume ainsi:”sa participation active avec l’exécutif guinéen à l’instauration d’un régime en rupture avec les normes constitutionnelles de l’Etat de droit et de la légalité républicaine.Où sont les magistrats du pays ? Votre silence vous dessert ! ” […]

Laisser un commentaire