Présidence de la République : Djoma Media s’équipe au frais du Bureau de Presse

0 1 042

Conakry, Guinée : Le paysage médiatique guinéen vient d’enregistrer un nouveau fleuron. Le Djoma Media. Applaudissons cette naissance ! La question que tout le monde se pose est : qui est derrière Djoma Media ?

Plus précisément, quelles sont les personnes de la Présidence qui se cachent derrière Djoma Media ? Autrement formulé, derrière quels hommes de la Présidence se cache Djoma Media ? Puisque nous sommes dans le monde de la presse, comme aux journalistes de l’affaire du Watergate, la réponse  est «suivez la trace de l’argent ! » Quand on sait que pour faire une radio couplée d’une chaine de télévision, cela demande de l’argent. Beaucoup d’argent. Alors l’argent est la clé de l’énigme. Mais qu’est-ce que le prix d’une radio et d’une télévision pour ceux qui ont la main mise sur le budget d’une présidence ?

Il suffit de prendre ceci, au nom de cela, pour l’affecter à autre chose. C’est ce que tous les indicateurs laissent croire sans l’ombre d’un doute. Ainsi, on apprend que tous les équipements, appareillages, accessoires et consorts de radio et de télévision  ont été acquis au nom d’un programme d’équipement du Bureau de Presse de la Présidence de la République pour se retrouver du côté de Nongo dans des locaux de Djoma Media. Grâce au tour de magie et de passe-passe comptable de trois hommes : Kabinet Sylla, au surnom notoire ‘’Bill Gate’’, l’argentier de la présidence, génie des affaires ; Rachid N’Diaye, journaliste au rayonnement international obscurci par la qualité douteuse des conseils en communication qu’il donne à la Présidence ; et, Mamady Sinkoun Kaba, aux règles protocolaires qui ne sont applicables qu’à l’argent.

Nous avons-là, la combinaison idéale d’un trio parfait pour un numéro de clown, bon à illusionner des spectateurs d’un cirque de bidonville : un fanfaron analphabète, un mégalomane sournois et un clown arrogant. Alors que le Bureau de Presse manque de tout, travaillant avec des équipements vieux de cinq ans, notre trio qui comprend l’intendant, le conseiller en communication et le patron du protocole trouvent les moyens de monter une radio et une télévision. Qui plus est, au frais du Bureau de presse.

La participation de Rachid Ndiaye à cette mascarade financière n’est plus une surprise. Car c’est le seul ministre d’un gouvernement quelconque sur la planète qui trouve le temps de s’occuper de la publication d’un magazine. Transformant le secrétariat de son ministère en secrétariat de rédaction de son magazine. Sous sa direction éclairée, le Ministre-Conseiller chargé de la Communication a conduit la communication présidentielle comme un navire sans gouvernail, sans vigile ni repère, piloté par un capitaine ivre, sans carte ni boussole sous une tempête tropicale.

Les équipements en usage au Bureau de presse sont obsolètes aujourd’hui. Certes ! Mais quand ces cameras, ordinateurs, tables de montages, logiciels et autres accessoires ont été offerts au Bureau de presse par la Fondation KPC, il y a de cela cinq ans, c’était la pointe de la technologie du jour. Mais les outils informatiques obéissent à la règle de marketing de « l’obsolescence programmée ». Car les équipements informatiques sont programmés pour devenir obsolètes au bout d’un certain temps. Histoires de libérer les places pour les outils de dernière génération dans les rayons des magasins.

Les confrères de radio et télévision Djoma sont à saluer et à envier parce qu’au service de si bons patrons. Ils sont si généreux avec l’argent qui aurait permis d’équiper le Bureau de Presse de la Présidence ! Un petit tour des installations permet de constater que les équipements de Djoma Media sont de la dernière génération. Ceux du Bureau de Presse, pas. Les locaux de Djoma Media sont hyper climatisés, tandis que ceux du Bureau de presse sont sans climatisation, y compris le bureau de son directeur, certains pour plus de deux ans. Normal. Puisque le patron de Djoma Media qui se trouve être l’Intendant Général de la Présidence de la République est plus préoccupé pour le confort des grands journalistes de son groupe que de celui des petits journalistes au service du Président de la république.

Que Djoma Media ait été financé sur fonds propres (ce qui n’est pas évident) ou sur fonds publics (le plus probable), la loyauté de l’intendant d’une présidence est avant tout de servir les intérêts du Président en premier lieu. Même si l’Intendant peut prouver que Djoma Media a été financé sur ses fonds propres, pourquoi ne finance-t-il pas aussi le Bureau de Presse sur ses fonds propres comme la Fondation KPC l’a fait sur ses fonds propres. Charité bien ordonnée comme par soi-même.

En créant Djoma Media, quel est le but inavoué du trio et de ses commanditaires? Notre loyauté à la Présidence doit être entièrement au service de Monsieur le Président. Que les journalistes du Bureau de presse attendent, disent les patrons de Djoma Media. Ils ne perdent pas grand-chose à attendre. Nous attendons. Nous attendons patiemment que la partie submergée de l’iceberg surgisse des ténèbres petit à petit. Car ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

Moussa Cisse, Journaliste

Source : le lynx

Laisser un commentaire