Quadrillage du domicile d’Ibrahima Diallo du FNDC à Conakry : je ne sais pas de quoi on me reproche.

0 342

Hier lundi 30 mars, le domicile du chargé des opérations du front national pour la défense de la constitution (FNDC) était quadrillé par des hommes en uniformes et encagoulés dans quatre pick-up a appris Actuguinee.org
Ce mardi, Ibrahima Diallo puisque c’est de lui qu’il s’agit a expliqué comment il a appris le quadrillage de son domicile.
« Hier matin, j’avais rendez-vous avec le juge d’instruction du tribunal de mafanco, sixième cabinet pour me présenter sur l’obligation du contrôle judiciaire. Pendant que j’étais devant le juge entrain d’émarger la fiche, mon épouse a tenté de me joindre sans succès. Elle a pu joindre Sékou Koundouno pour lui dire que nos voisins l’ont alerté sur le quadrillage de notre domicile par 4 pick-up d’agents de la police armés jusqu’aux dents et encagoulés. Elle m’a conseillé d’être en état d’observation et de ne joindre notre domicile. C’est ainsi que j’ai alerté la presse » a expliqué Ibrahima Diallo, chargé des opérations du FNDC.
Par ailleurs, Ibrahima Diallo estime ne rien savoir sur les motifs du quadrillage de son domicile.
« Quand cela a fuité dans la presse et avec la mobilisation des jeunes du quartier, les pick-up ont replié vers 15 heures jusqu’à la colline de la mosquée Saoudiya. Mais il y a toujours des agents de renseignement sur des motos non immatriculées qui étaient pointés aux différents carrefours menant à mon domicile. Et même ce mardi matin, les jeunes m’ont dit qu’ils sont entrain de s’organiser pour que ces agents de renseignement puisse lever le camp. Je ne sais absolument rien de quoi me reproche t-on. J’étais devant le juge d’instruction pour mon contrôle judiciaire, si on me voulait m’arrêter, c’était aussi simple que ça. Le juge est connu et l’heure à laquelle je dois me présenter aussi est connue. Mais rien ne m’a été notifié » a indiqué Ibrahima Diallo, le chargé des opérations du FNDC.
Selon Ibrahima Diallo, son avocat une fois alerté est allé s’enquérir auprès du juge d’instruction sur les motifs du quadrillage du domicile de son client, ce dernier lui aurait signifié n’être informé de rien et n’est mêlé à cette situation.
Depuis les débuts de la contestation organisée par le FNDC, Ibrahima Diallo a été arrêté à deux reprises. Et depuis sa seconde arrestation, il est sous contrôle judiciaire.

Sadjo Bah pour Actuguinee.org

E-mail Site web actuguinee.org@gmail.com / Tel :629 46 29 29

Laisser un commentaire