Non-validation du double scrutin par la France : Cette réponse non amicale de Kiridi Bangoura de la Présidence à l’hexagone…

0 1 665

Après le double scrutin législatif et référendaire émaillé de vives tensions en Guinée, la France à travers la porte-parole de Quay d’Orsay avait fait une déclaration mardi 24 mars dernier, dénonçant que ces élections n’étaient pas crédibles car son “caractère n’était pas consensuel” et non plus son “fichier électoral n’était non consensuel”.

Plus loin, l’Hexagone a dans cette présente déclaration que, les éléments pour la sécurisation du processus électoral en Guinée par les forces de sécurité et de défense, déclaré qu’ils (éléments) n’ont pas permis la tenue “d’élections crédibles et dont le résultat puisse être consensuel”.

Ce mercredi 25 mars, le ministre secrétaire général à la présidence de la République, joint au téléphone par nos confrères de la radio Espace FM dans l’émission les “Grandes Gueules”, a déclaré que l’Hexagone n’est pas mieux placer pour critiquer les élections du 22 mars, dont il a refusé d’envoyer ces observateurs.

“(…) J’aurais aimé que cette déclaration vienne de l’Ambassade des États-Unis qui a pris la peine d’observer le processus. Mais c’est déclaré par un pays qui n’avait pas d’observateur sur le terrain, ni daigné fournir un effort local d’observation sur place du déroulement du scrutin. L’Ambassadeur des États-Unis, le personnel de l’Ambassade des États-Unis a pris la peine de sillonner tous les bureaux de vote et d’avoir son point de vue. On est dans un exercice où il faut savoir mesure gardée tous”, a fait entendre Naby Youssouf Kiridi Bangoura.

Plus loin, dit-il : “Et nous, et nos partenaires, et les pays et les organisations : modestie, mesure et gravité de la situation pour que les mots qui sont utilisés soient des mots responsables de chacun”.

Ce proche du président Alpha Condé n’a pas fait cadeau à l’Hexagone, qui selon lui, on ne peut juger un scrutin dont on n’a été de loin ou de près lié à l’organisation, ni à l’observation.

“Comment vous pouvez juger un scrutin dont vous n’avez participé ni à l’observation à l’organisation ? Et vous n’avez envoyé personne pour attester de tout cela. Maintenant, si les affirmations d’une ONG guinéenne suffisent pour définir la politique extérieure de la France, et qu’il y a parti pris dans ce sens-là, nous aviserons”, a-t-il martelé.

Pour terminer, renchérit-il : “Mais pour le moment, nous pensons que nous avons des bonnes relations avec la France et le dialogue sera au niveau qu’il faut et par les canaux qu’il faut que les Français connaissent et que nous connaissions”.

Gilbert. T pour actuguinee.org

Laisser un commentaire