Guinée/Crise dans le secteur éducatif :Aboubacar Soumah du SLECG met son cœur à nu, « Je fais la politique… Nous sommes contre cette constitution ».

0 1 460

“Aujourd’hui, depuis l’avènement de ce gouvernement au pouvoir, il ne parle que de la politique. Il n’y a pas eu de développement économique, ni social. Ils ne font que parler de la politique. Comment protéger leur pouvoir. Ils ont mis en exploitation toutes nos richesses, toutes nos mines, qui ne profitent qu’à eux, ils sont là à nous amadouer”, tels sont les propos tenus par le camarade Aboubacar Soumah, lors de l’Assemblée Générale extraordinaire, ce mercredi 18 mars dernier à son siège à Donka.

Le secrétaire général du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée), sans langue de bois, affirme sa position politique, et n’entend pas baisser les bras jusqu’à ce qu’il obtienne gain de cause.

“Lorsque nous réclamons, ils disent que nous faisons de la politique. C’est bien, nous faisons de la politique, puisque la politique qui nous gère, est une politique d’exploitation du peuple. Donc nous refusons cela. Nous sommes dans le combat pour la réclamation de notre droit, pour améliorer les conditions de vie des enseignants, nous en avons marre de la précarité dans laquelle nous vivons, nous en avons marre des conditions dans lesquelles nous enseignons les enfants”, a-t-il martelé.

Plus loin, le № 1 du SLECG dit qu’il est contre ce projet de nouvelle constitution, car celui-ci permettrait d’extirper toutes les lois visant à protéger les travailleurs et le syndicalisme en Guinée.

“Ils ont modifié la loi L 028 en assemblée générale, ils ont voté une autre loi, la loi L 027. Ils ont modifié tous contre les travailleurs et le syndicalisme en Guinée. Et ils veulent qu’on soutienne la nouvelle constitution avec ça, toutes les lois qui protégeaient les travailleurs ont été complètement enlevés. Comment est-ce que nous nous pouvons supporter une telle constitution ? Jamais. Ils n’ont qu’à dire que je fais la politique. Je fais la politique, parce que les conventions qui nous protègent, les lois qui nous protègent sont changés, donc nous sommes contre cette constitution”, a-t-il fait savoir.

Gilbert. T pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire