Annulation de la mission des chefs d’États de la CEDEAO : «C’est au peuple de Guinée de trouver la solution du problème créé par Alpha Condé» dixit Faya Millimono

0 341

Attendue à Conakry ce mardi 17 mars, la mission des chefs d’États de la CEDEAO a été annulée à la dernière minute par le président nigérien Mahamadou Issoufou. Faya Millimono croit savoir les raisons de ce report.
Appelé à réagir dans «œil de lynx» sur ce deuxième report des chefs d’États de la CEDEAO, le président du Bloc libéral estime que c’est le président de la république qui continue de dire à ses pairs de la sous-région qu’il n’y a pas de problèmes Guinée.
«C’est la deuxième fois que des missions de haut niveau avorte. Si cela est intervenu, c’est clairement parce qu’Alpha Continue à dire aux leaders de la sous-région qu’il n’y a pas de problèmes en Guinée et que venir peut lui créer des problèmes. C’est pourquoi, il revient au peuple de Guinée de trouver la solution au problème qu’a créé Alpha Condé. Nous n’avons que quelques jours pour lui montrer la porte de sortie» a expliqué Faya Millimono, président du bloc libéral.
Après l’annulation de la mission des chefs d’États de la CEDEAO, des informations ont révélé que le président ghanéen Nana Akufo Addo serait désigné par ses pairs comme le médiateur de la crise politique guinéenne. A cet effet, le président du Bloc libéral admet que le président ghanéen ne viendra à Conakry qu’après les élections législatives et référendaires pour entamer des négociations. Mais il prévient que toutes négociations seraient dans le sens du départ d’Alpha Condé : «On est entrain de mettre en place un dispositif pour engager des négociations après le coup d’État constitutionnel. S’il y a négociations, c’est le pour le départ d’Alpha Condé» prévient le prédisent du Bloc libéral.
Faya Millimono souligne par ailleurs que le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) tient une plénière ce mardi dans le but de remobiliser les troupes dans le but d’engager les guinéens dans la bataille pour empêcher le double scrutin législatif et référendaire prévu ce 22 mars.

Sadjo Bah pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire