Guinée : La stratégie de la girouette,Tibou Kamara à l’épreuve…

0 1 042

En décembre 2013, Tibou Kamara, alors opposant à Alpha Condé,déclarait : « Alpha Condé ne doit pas et ne peut pas être candidat en 2015,  à moins de faire basculer la Guinée dans le chaos et le désordre par une nouvelle tentative de fraude qui repassera, peut-être, en amont comme toujours, mais cette fois lui sera fatale en aval. Et même si par miracle, il obtient le deuxième  mandat auquel il pense, « même en se rasant », il ne pourra l’exercer, le corps et l’esprit montrant des limites à un certain âge , des limites naturelles dont ne peut s’accommoder la fonction suprême qui demande le meilleur de soi et la plénitude de ses moyens, surtout là où on disait qu’il n’y a pas d’Etat ; désormais il faut y chercher où se trouve le pays: tout le monde comprend finalement qu’avec Alpha Condé « Guineais back » veut dire, une Guinée toujours en arrière et non pas de retour ! »

« L’ami de tous, l’ami de personne », telsont été les propos du jeune politicienAliou Bah, président du MoDeL sur Tibou Kamara, lors d’une émission sur Espace FM. Cette définition de Tibou Kamara en dit long sur sa personnalité et son ambivalence politique. Tibou Kamara a été l’une des langues les plus critiques envers Alpha Condé et Son pourvoir. Depuis son transfert politique, il est devenu l’un des plus fervents défenseurs du bilan d’Alpha Condé et de sa personne.

Récemment, Tibou Kamara a profité de l’inauguration de l’usine de fruits à Kindia pour remercier le président Alpha Condé de l’avoir encouragé à aller au ministère de l’Industrie, explorer d’autres horizons et enrichir son expérience gouvernementale. Avant de terminer ses propos par cette parabole: « A propos du gouvernement, je voudrais vous dire, monsieur le président de la République, monsieur le premier ministre, qu’un gouvernement, comme l’a dit un grand homme d’Etat français, est composé de chiens qui sont fidèles à leurs maitres, de chats qui sont fidèles au foyer et de singes qui sautent de branches en branche ; je ne suis pas un ministre singe qui saute de branche en branche, je ne me cache ni de mes adversaires, ni de mon camp. »

La girouette tourne à tous les vents, au sens figuré on se sert de ce mot pour désigner une personne qui change fréquemment d’avis ou d’opinion. Nous ne pensons pas qu’il soit utile de rappeler les noms de tous les hommes politiques qui, durant ces trente dernières années, sacrifièrent leurs convictions à leurs intérêts et qui, véritables girouettes, se laissèrent guider par les vents de la politique. Certains de ces politiciens, débutant dans le socialisme pour finir dans la réaction, resteront célèbres. S’ils laissent leur nom à la postérité, ce sera plus en raison de la rapidité avec laquelle ils renièrent les idées qui les rendirent populaires et les firent sortir de l’obscurité, que par le travail utile qu’ils auront accompli durant leur existence.

Si en 2013, Monsieur Tibou Kamara écrit ce que qui est cité plus haut, et qu’il est en 2020 ministre d’Etat à la présidence, conseiller spécial du président de la République, ministre de l’Industrie et des PME de celui qu’il décriait, il y a fort à parier que si, aujourd’hui, il critique Docteur Ousmane Kaba, alors dans 5 ans il briguera probablement un ministère, lorsque Docteur Ousmane Kaba sera élu. Que penserait Monsieur Tibou Kamara du ministère de fabrication des girouettes, en tant qu’expert?

Ousmane Boh Kaba

Laisser un commentaire