Concert raté de Diamond : Benedi records recadre Fadjidih et pointe du doigt la mauvaise organisation.

1 207

Mise en cause par Fadjidih sur la qualité de la sonorisation lors du concert de l’artiste Diamond Platnumz le samedi 7 février dernier, la structure Benedi Records a au cours d’une rencontre avec la presse ce lundi décliné ses responsabilités sur l’échec du concert de l’artiste tanzanien à l’esplanade du palais du peuple.
Dans une vidéo postée sur sa page facebook au lendemain du concert de l’artiste Diamond Platnumz, le promoteur Fadjidih a déclaré ne pas «être satisfait de la sonorisation». Une déclaration qui a suscité la réaction de Benedi Records, la structure en charge du podium de la sonorisation du spectacle. Ce lundi, le PDG de Benedi Records a tenu à décliner la responsabilité de sa structure dans le fiasco qui a caractérisé le concert de l’artiste africain le plus en vue du moment. Mohamed Ibn Abdallah Oularé soutient que sa structure a rempli sa part du contrat qu’est le montage du podium, la sonorisation et les lumières.
«Benedi Records a été contacté par l’ingénieur de son doyen Aziz après l’échec de l’envoi d’une structure de sonorisation à partir de la sierra-Léone» a rappelé le PDG de Benedi Records et de poursuivre : «A 24 heures du concert, rien n’était mis en place. Le podium, la sonorisation, etc… j’ai doublé mon équipe pour tout puisse finir dans les délais. La balance était prévue entre minuit et une heure du matin. Et le vendredi à 23 heures, tout était déjà mis en place. Nous avons attendu les organisateurs jusqu’à 3 heures du matin et personne n’est venue. Le jour du concert, l’artiste Diamond Platnumz est venu à 15 heures à l’esplanade du palais du peuple tester nos installations. Il est monté sur le podium, il a dansé, Il a couru de gauche à droite, tester les microphones et la sonorisation. Après tout, il dit tout est OK. Et il a demandé à ce que la barrière de sécurité soit proche du podium pour qu’il puisse interagir avec le public».
Par ailleurs, Mohamed Ibn Abdallah Oularé pointe du doigt la mauvaise organisation comme cause principale de l’échec du concert de l’artiste tanzanien. Il estime que les organisateurs ont vendu plus de tickets que de places disponibles dans l’esplanade du palais du peuple. Ce qui selon lui aurait provoqué la frustration des spectateurs qui ont commencé à lancer des projectiles : «Les tickets d’entrée étaient vendu par MTN à 20.000 Gnf et 35.000 Gnf par la structure Pap Soul Production, organisatrice de l’événement qui était censée vendre les tickets le jour du concert. Mais à ma grande surprise, les tickets ont commencé à être vendu la veille déjà. Et le jour du spectacle, le prix des tickets ont été vendu à 40.000 puis à 45.000 Gnf entre 16 et 17 heures. Il y a eu des spectateurs qui ont acheté des tickets mais qui n’ont pas pu accéder à l’esplanade du palais du peuple. Et cette frustration les a poussé à lancer des projectiles dans la cour. C’est du mensonge dire que la sonorisation n’était pas bonne. Quand Diamond est monté sur le podium, il a chanté avec les spectateurs du début jusqu’à la fin avant d’être retiré» justifie le PDG de Benedi Records. Il souligne que même l’artiste a déploré sur sa page facebook le fait que les spectateurs en possession de tickets n’ont pu accéder à l’esplanade du palais du peuple.
Mohamed Ibn Abdallah Oularé a mentionné des défaillances sécuritaires avant et pendant le spectacle qui selon lui ont écourté le concert de Diamond Platnumz : «Vue l’affluence, j’ai sollicité l’arrivée de l’artiste pour débuter sa prestation pour ne pas être débordé. Quand l’artiste est monté sur le podium, il voulait faire une ou deux heures de concert mais il n’aura fait qu’une trentaine de minutes. Le podium a été envahi par des accompagnateurs, des bodyguards. Toute la scène était pleine. Et personne ne se plaignait du son. C’est seul Fadjidih qui s’est plaint du son et nous avons compris qu’il voulait se couvrir. Entre 14 et 16 heures, les spectateurs avaient déjà cassé des barrières. Ils ont amené des soudeurs pour remettre en place les barrières à 20 heures en repoussant les spectateurs qui tombaient. La croix rouge était débordée et les bodyguards étaient très très inférieurs au nombre de spectateurs. La directrice de l’agence guinéenne de spectacle était dans l’obligation d’appeler Balla Samoura pour demander du renfort pour la sécurité. Le problème n’était pas au niveau du son mais plutôt au niveau de l’organisation. C’est sur ce podium que les artistes E. Kenzo, Booba et Davido ont fait leurs prestations et il n’y a pas eu de plaintes sur la sonorisation. Si le son était le problème, vous auriez entendu le public crier son zéro ou DJ zéro. Et personne ne l’a dit. Il y avaient 100 à 150 personnes sur le podium. Ceux qui sont venus envahir le podium ont empêché Diamond de faire son concert. Fadjidih a après sa prestation sur scène est directement rentré à l’hôtel sans se soucier du reste. A aucun moment il n’a été vu pour s’enquérir de l’organisation du concert» a expliqué le responsable de Benedi Records.
A en croire le PDG de la structure en charge du podium, de la sonorisation, la mauvaise organisation reste de bout en bout la cause principale du fiasco de l’événement organisé par Fadjidih de Pap Soul production. Une idée partagée par commandant Yarie de l’OPROGEM.
«A mon arrivée à l’esplanade du palais du peuple aux environs de 14 heures, j’ai dit à Soumah du Bureau Guinéen du Droit d’auteur (BGDA) si les organisateurs font de la négligence, les enfants viendront faire du n’importe quoi ici parce que je suis surprise de ce que j’ai vu à l’hôtel hier (Diamond avait tenu un concert VIP). A 19 heures déjà, les enfants ont commencé à casser les barrières. Et quand nous sommes arrivés à l’esplanade avec Diamond, il y avait de la bousculade un peu partout. L’artiste est monté sur le podium et il a joué en rafale. Il voulait tellement jouer mais les spectateurs ne l’ont pas permis. Diamond a demandé aux bodyguards de quitter le podium et de laisser le public venir vers lui. Vu que le public était très excité, nous étions dans l’obligation d’extraire l’artiste du podium pour éviter des problèmes. C’est à partir de ce moment les jets de projectile ont commencé. Ils ont fait du n’importe quoi» renchérit Commandant Yarie de l’OPROGEM.
Pour le PDG de Benedi Records, Fadjidih devrait plutôt s’excuser auprès du public de la mauvaise organisation que d’accuser la sonorisation. Il soutient que l’organisateur devrait même le remercier pour avoir assuré le podium, la sonorisation, les lumières à seulement 9.000 dollars. Et malgré «ce sacrifice», Mohamed Ibn Abdallah Oularé déclare avoir subi des dommages. Il dit avoir perdu toutes ses barrières de sécurité, les robots qui étaient tous nouveaux, les ampoules, etc…
Pour finir le PDG de la structure Benedi Records a émis le souhait que lorsqu’il y a un concert d’une telle envergure, les promoteurs musicaux de la place de venir donner un coup de pouce aux organisateurs pour la bonne réussite de l’évènement.

Sadjo Bah pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire