Kindia : Ouverture de l’atelier préparatoire de relance de la filière ananas.

0 191

En prélude au Salon des entrepreneurs régional de Kindia qui s’ouvre ce Samedi, un atelier préparatoire de relance de la filière ananas s’est tenu ce vendredi à l’école nationale des instituteurs de Kindia (ENI)
Cette activité s’inscrit dans le cadre d’un projet dénommé «programme de compétitivité de l’Afrique de l’ouest» dans lequel chaque pays de la sous-région met en compétitivité un produit d’où la relance de la filière ananas en Guinée.


Cet atelier réuni les différents acteurs de la filière ananas pour échanger sur les défis, les opportunités et les perspectives dans le secteur.
Dans son intervention, le président de la fédération des planteurs de la filière fruit de la Basse Guinée, a pointé du doigt les nombreux défis à relever pour parvenir à relancer la filière ananas qui s’est estompée au fil des années.
«Aujourd’hui on parle de relance, il y a des aspects fondamentaux pour relancer la filière ananas. Il y a l’augmentation des superficies en ayant accès à la terre, son aménagement, l’obtention de rejets pour accroître le nombre de plants, l’amélioration des rendements en passant par la formation, les intrants, l’utilisation des produits phytosanitaires. Ce sont là de nombreux défis qu’il faut régler pour qu’on puisse améliorer et faciliter la relance de la filière ananas» a mentionné Moussa Camara, président de la fédération des planteurs de la filière fruit de la Basse Guinée.


Le programme de relance de la filière ananas a été initié depuis 2017 par le gouvernement guinéen avec ses partenaires techniques et financier. Selon Moussa Camara, les objectifs de la fédération des planteurs de la filière fruit de la Basse Guinée pour relancer la filière ananas sont d’atteindre 800 hectares de plantations avec un rendement moyen de 50 milles tonnes par hectare en 2020. Et produire 200 milles tonnes d’ananas frais dont 50 milles tonnes seront destinées à l’exportation en 2025.
Le président de la fédération des planteurs de la filière fruit de la Basse Guinée estime que l’organisation du Salon des entrepreneurs (SADEN régional) de Kindia est une grande opportunité sa structure : «La chance que nous avons est que notre fédération est bâtie sur le développement entrepreneurial. Tous les acteurs qui évoluent dans la filière ananas sont des entrepreneurs. Nous travaillons beaucoup sur l’intégration des jeunes dans l’entreprenariat d’où nos liens profonds avec le SADEN»
Pour assurer la compétitivité de l’ananas guinéen dans la sous région ouest africaine et à travers le monde, il faut miser sur la qualité des produits a expliqué Ousmane Barry, coordinateur de la relance filière ananas à l’agence des nations unies pour le développement industriel (ONUDI). C’est dans ce cadre que son institution participe à la relance de la filière ananas : «La plupart des partenaires de l’État dans la relance de la filière ananas mènent des efforts dans des domaines précis. Nous voulons dans ce projet aider les producteurs à augmenter leurs productions et faire de sorte que leurs produits puissent répondre aux normes et qualités exigées par les consommateurs à l’étranger. Notre apport est de s’attaquer à la qualité des produits dans la relance de la filière ananas» a souligné Ousmane Barry, coordinateur de la relance filière ananas au niveau de l’ONUDI.
Le projet de relance de la filière ananas (REFILA) s’élève à environ 5 millions d’euros dont 4 millions sont financés par l’Union européenne.
Il faut rappeler que l’atelier préparatoire de relance de la filière ananas est organisé par l’AGUIPE, L’ONUDI, ENABEL et L’Union européenne.

Laisser un commentaire