Tribunal de N’Zérékoré : Un an de prison ferme contre l’artiste Elie Kamano (Procureur)

0 331

C’est sous haute surveillance sécuritaire que le procès du reggaeman reconverti en politique et membre du FNDC a débuté ce vendredi 10 janvier au tribunal de première instance de N’zérékoré devant une foule immense venue assister au procès.

Des accrochages entre forces de l’ordre et supporters de l’artiste-politique a interrompu le procès pendant au moins 20 minutes. Les forces de l’ordre réussiront sans coup férir à les disperser.

A tour de rôle, les accusés, arrêtés suite aux heurts survenus à la fête de Makona, à Guéckédou, ont tous réfuté les charges portées contre eux.

Dans sa réquisition, le procureur Babady Camara a requis un an de prison contre le reggaeman dont avec 3 mois de sursis.

Dans leurs plaidoiries, les prévenus, au nombre de 23 dont Élie Kamano et Fara Emmanuel Millimono, ont démontré, sans avocat, que la vidéo exposée par la partie civile pour les enfoncer n’était pas complète.

Poursuivant sa plaidoirie, Elie Kamano de confier à la barre : ‘’monsieur le président, je fais partie des 50 personnalités en Guinée les plus connues dans le monde. Je ne vais donc pas vous mentir, la vidéo brandie ici n’est pas tout. Sinon, le moment où j’étais en train de sensibiliser les jeunes, ils ont enlevé cette partie.  Je ne peux vous mentir monsieur le président.

Dire que j’ai tapé la dame Sata [Diakité, épouse de l’ancien ministre et leader du RDIG Jean Marc Telliano] avec ma canne, ce n’est pas vrai. Je n’avais pas ma canne. J’ai même été étonné quand elle m’a administré une gifle. Mon éducation ne me permet pas de réagir comme ça. Tous ses problèmes c’est Antoine Flingo qui est à la base, c’est parce que c’est lui qui a demandé au public qui il veut. Les gens ont répondu : ‘’Élie”. Il demandera ensuite au juge de le libérer.

Finalement, le procès a été renvoyé à mardi prochain pour le verdict.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré pour mediaguinee

Laisser un commentaire