Exclusif / Interpol déchire le mandat d’arrêt de Ouattara contre Soro, aucune notice rouge

0 606

Aucune notice rouge contre Guillaume Soro à Interpol relativement au mandat d’arrêt international de la justice ivoirienne. Contrairement à ce qui a été avancé par des médias proches du RHDP du Président Alassane Ouattara. Afriksoir a fait son factchecking.

« Au-delà de la visite de travail, Obiang Nguema vient plaider le cas Soro. Interpol a activé la notice rouge. C’est dire que son identité est désormais dans tous les fichiers des polices membres d’Interpol. Soro doit être appréhendé et extradé selon les accords de coopération judiciaire », cet extrait d’article a été abondamment relayée par des activistes du RHDP fin décembre 2019.

La question de la notice rouge qui aurait été enclenchée depuis Lyon (France) par Interpol, est au centre de tous les fantasmes des anti-Soro, depuis plusieurs jours. De fait, une notice rouge consiste à demander aux services chargés de l’application de la loi du monde entier, de localiser et de procéder à l’arrestation provisoire d’une personne dans l’attente de son extradition, de sa remise ou de toute autre procédure judiciaire.

LA NOTICE ROUGE CONTIENT ESSENTIELLEMENT DEUX TYPES D’INFORMATIONS.

Le premier type est en rapport avec l’identité de la personne recherchée. A savoir son nom, sa date de naissance, sa nationalité, la couleur de ses yeux et de ses cheveux, des photographies et ses empreintes digitales, si possible.

Les dernières notices rouges d’Interpol

Le deuxième type est relatif à l’infraction elle-même. De façon claire, le chef d’accusation au titre duquel le bandit présumé est recherché. Cela peut être un meurtre, un viol, un acte pédophile ou encore un vol à main armée. Dans le cas d’espèce, il s’agit notamment de graves présomptions de tentative d’atteinte à l’autorité de l’Etat en Côte d’Ivoire.

La notice rouge devrait donc être émise par Interpol à la demande de la Côte d’Ivoire. Seulement voilà, les accusations de la justice ivoirienne doivent être conformes aux statuts et au règlement d’Interpol. C’est ici que les choses se compliquent. Non pas pour Guillaume Soro. Mais pour l’autorité qui le poursuit. Car Interpol ne délivre pas de notice rouge, sur la base d’un simple mandat d’arrêt international.

Lu sur Afriksoir.net

Laisser un commentaire