Aboubacar Soumah du SLECG : << On demande à ce qu'on nous paye maintenant les 8.000.000 GNF,…faute de quoi, nous allons déclencher la grève >>

0 1 804

Le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée ” SLECG” ne compte baisser les bras en vu d’obtenir gain de cause face à la situation dont traverse les enseignants Guinéens.Joindre au téléphone par la rédaction de votre quotiden en ligne, Aboubacar Soumah Soumah secrétaire Général du SLECG n’a pas manqué de notifier les incohérences qui sillonnent au tour du fichier, il appelle le gouvernement au tour d’une table de négociation faute de quoi ils lanceraient une nouvelle grève .
<< Déjà, nous nous sommes retirés de la commission d’assainissement, le rapport qui est présenté c’est un rapport qui ne reflète pas la réalité. On a procédé n’est ce pas à une fouille, un peu passé là, on s’est entendu que ce n’est pas un travail bien fourni.Donc, c’est truffé d’incorrections, d’anomalies, et des cas d’enseignants qui sont en activité, qui sont considérés comme d’enseignants qui sont en abandon, comme fictifs. Et, beaucoup de fictifs ne sont pas considérés  comme des fictifs, ils sont portés sur la liste des valides. C’est mélangé n’importe comment .Chaque fois on a fini, ils renvoient encore aux autorités régionales, préfectorales de l’éducation qui réinsèrent  encore tous les cas de fictifs qu’on a retirés >> . A t-il introduit . 

Il sollicite obtenir gain de cause face à leurs situations .
 <<  On ne peut pas être tout le temps dans un début du commencement, c’est pourquoi on a dit, on demande à ce qu’on nous paye maintenant les 8.000.000 GNF autrement.  On les appelle pour négocier faute de quoi, nous allons déclencher une nouvelle grève . 
Non, on lui avait dit à ce qu’on nous transmette les données, on lui avait dit ça .Il a refusé de nous transmette les données. Nous, on a voulu qu’il y ait deux serveurs :Un serveur central et un serveur qui est surveillé  par le SLECG, dans un premier  il a commencé à nous envoyer les données au niveau de Conakry ici, mais dès que ,  on a commencé le recensement à l’intérieur du pays, il a coupé >> . A laissé entendre le numéro un du SLECG .
Eugène Capi Balamou pour Actuguinee.org 

Laisser un commentaire