Des tueries pendant les manifestations de l’opposition, et si on exigeait de l’autopsie sur ces différents corps !

0 103

À chaque fois que les opposants d’Alpha Condé projettent des manifestations de rue des villes mortes et voire même la marche funèbre pour les corps des victimes, on assiste à des cas de morts à la fois du côté des manifestants qu’au niveau des forces du maintien d’ordre; chose qui est regrettable et qui ne doit pas être laissée comme ça sans situer la responsabilité tant au niveau de l’État qu’au niveau des organisateurs de ces multiples marches.

Pour quitter dans cette complaisance de ping-pong entre l’État et l’opposition, il revient de facto à l’État, en tant que garant de la vie des populations, d’agir en mettant les gens devant leurs responsabilités. Et pour se faire, une autopsie par le médecin légiste, à chaque fois qu’il y a des morts, serait la meilleure option situer tout autour de ce firmament infini de vantardise de mort à l’opinion publique comme un trophée de victoire.

Faisons ça pour clore désormais ce que l’opposition brandit à chaque fois qu’elle appelle à manifester.
Cela est d’une nécessité impérieuse, car souvent à la télé ou dans les radios, on voit et entend l’arrestation des individus armés, qui ne sont pas du tout dans le corps des forces de défense et de sécurité, entraînent de brigander des citoyens surtout dans les zones où on entend régulièrement des cas de mort pendant les manifestations des hommes politiques; ensuite des informations qu’on a sur certains jeunes militants de l’opposition concernant la possession d’armes et d’autres objets dangereux pouvant entrainer la mort. L’exemple du jeune Grenade est connu de tous. Donc, dans ces situations pareilles, il revient à l’État d’agir pour situer la responsabilité sur les causes des morts à travers l’autopsie et faire triompher la justice, et à cela s’ajoute la dernière sortie médiatique du Ministre Mouctar Diallo qui disait ceci: << c’est une réalité, il y a des manifestants qui détiennent des armes. Même en dehors des manifestations y a des gens qui sont utilisés par l’opposition quelques fois qui sont armés…, j’en connais des jeunes qui sont armés>>.
On se rappelle également qu’Elhadj Mohamed Koula Diallo, journaliste de guinee7.com a été froidement abattu au siège l’UFDG, le 5 février 2016, où il n’y avait aucun membre des forces de l’ordre.
À noter aussi que le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a lui-même indiqué l’autre fois devant le journaliste LeMonde en ses termes: ‘‘On sait que ce sont eux-mêmes, les organisateurs des manifestations, qui tirent sur les gens. Quand il y a des morts, ça impressionne la communauté internationale.

Là, ce sont des tentatives de déstabilisation d’un pouvoir démocratiquement élu. L’opposition a toujours été putschiste et elle se dit que s’il y a des morts, on met ça sur le dos du gouvernement’’.
À chaque fois qu’il y a des victimes dans les manifestations, l’opposition enterre vite ces corps sans exiger au gouvernement une enquête sérieuse sur la base d’une autopsie. Là y a le doute! Et, selon les esprits avertis l’empressement l’opposition à récupérer des corps non autopsiés peut nous amener à douter de son implication dans la commission de ces crimes.

Au regard de toutes ces informations, peut-on dire qu’il y a bel et bien des individus armés utilisés par l’opposition ?
Une fois encore, seule une autopsie sérieuse peut le prouver. Cette nouvelle méthode (l’autopsie) permettra, à coup sûr, d’alléger voire éradiquer cette histoire de cas de mort dans les manifestations politiques, parce que les organisateurs, d’une part, seront amenés à filtrer dans leurs rangs avant de descendre dans la rue et d’autre part les forces du maintien d’ordre seront également amenés à respecter scrupuleusement les textes régissant le cadre de manifestations de rue.
On doit pouvoir accepter d’autopsier désormais les corps des victimes politiques pour être crédible aux yeux de l’opinion.

Par Ibrahima Kallo, juriste et analyste politique. 

Laisser un commentaire