La Chronique de Mamadou Dian Baldé : Alpha, le maître des horloges des élections

0 197

Mamadou Dian Baldé, journaliste et éditorialiste partage l’opinion de ceux qui croient dur comme fer que pour les échéances électorales à venir, le président Alpha Condé dispose d’un atout maître qu’est la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), une institution qui est toujours du bon côté du manche. Cette chronique vous parvient tous les dimanches sur les ondes de la radio City FM 88.1, dans l’émission « A vous de convaincre ».   

Talibé Barry : Bonjour Mamadou Dian Baldé. Alors que l’on en était à qui va ou ne va pas aux consultations nationales cornaquées par le Premier ministre, le brûlot des élections législatives s’est soudain mis à attiser la scène politique guinéenne. Les principaux partis d’opposition sont plus que jamais échaudés par la date du 28 décembre 2019, annoncée urbi et orbi, par le président de la CENI. Mais pour vous, Mamadou Dian Baldé, Me Salifou Kébé n’a pas tout simplement pas résisté au diktat du président Alpha Condé qui, en réalité, est le seul à décider de la date des élections en Guinée. Expliquez-nous pourquoi et comment ?

 Mamadou Dian Baldé: Le président Alpha Condé vient de prouver encore si besoin en était, qu’il demeure le véritable  maître des horloges du calendrier électoral, en intimant à la  Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de mener les électeurs guinéens au pas de charge aux urnes, quitte à cette dernière de se brûler les vaisseaux.

Le chef de l’Etat avait profité de son adresse à la Nation du 04 septembre pour faire coup double, en instruisant à son Premier ministre de doter la Ceni de moyens nécessaires pour l’organisation des élections législatives avant fin 2019. Après avoir dévoilé ses intentions en faveur d’un changement constitutionnel.

Des instructions qui sont tombées dans des bonnes oreilles, puisque le Premier ministre Dr Kassory Fofana s’est aussitôt dit prêt à ouvrir les vannes, afin de remettre  à flot  cette institution électorale qui avait connu une longue période de disette d’argent.

Du pain bénit certes pour les commissaires de la Ceni et leur président. Mais  qui comme un fil à la patte, réduit leur marge de manœuvre.

Cela dénote simplement que  la Ceni n’est indépendante que de nom. Le fait que le gouvernement surfe subtilement sur les subventions  dont elle est  tributaire, en  la mettant sous perfusion, rend notre Ceni très vulnérable.

C’est ainsi que depuis l’avènement de la troisième république, nos commissaires ont le doigt sur la couture du pantalon. Avec une immixtion de l’exécutif dans le fonctionnement de l’institution. Ce qui n’a pas été sans conséquence néfaste pour le bon déroulement des différents scrutins, dont les communales du 04 février dernier,  les législatives du 28 septembre 2013, sans oublier les présidentielles de 2010 et 2015.

Avec à la clé des manifestations violentes réprimées dans le sang.

L’épisode douloureux de l’opérateur Waymark-Sabari est encore dans les mémoires des Guinéens, et le décompte macabre qui en a découlé.

Voilà que notre Ceni s’apprête à nous servir le même plat avec son président qui n’en fait qu’à  sa tête.

Cette date des législatives dont se sont publiquement désolidarisés les commissaires de l’opposition, révèle plutôt la vraie face d’un président de la CENI aux ordres du Palais Sekhoutourea. Sous la pression du président Alpha Condé qui veut des élections législatives avant la fin de l’année, Me Salif Kébé, selon vous, y est allé comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Cette analogie peut paraître sévère…

 Dr Salifou Kébé comme un éléphant dans un magasin de porcelaine

Le président de l’institution électorale, Me Salif Kébé, en bon « sous-fifre » ne pouvait qu’accéder à cette demande du chef de l’Etat. C’est du moins ce qu’affirment ses détracteurs. Car comme par magie, il a sorti de son chapeau, la date du 28 décembre pour la tenue des législatives. Au grand dam de ses collègues commissaires, dont sept vont se désolidariser de cette démarche unilatérale en se fendant d’une déclaration, pour ameuter l’opinion sur la carambouille de leur président.

Dans leur déclaration, les commissaires frondeurs dénoncent l’attitude de leur président qui, à cette allure ne pourrait que servir un processus électoral biaisé aux Guinéens.

En porte-à-faux avec les recommandations issues de la retraite de Kindia où ils étaient convenus d’un délai de  235 jours pour dérouler le chronogramme des législatives, si jamais  toutes les contraintes financières, administratives et techniques étaient levées.

Vu que la levée de ces contraintes n’est survenue que le 09 septembre, les frondeurs estiment que la date du 28 décembre n’est donc pas jouable, comme le  prétend Me Kébé.

Il n’en fallait pas plus pour que les partis politiques s’invitent dans cette foire d’empoigne qui se déroule au sein de la Ceni.

L’honorable Damaro Camara a été le premier à se rependre dans la presse. Et comme à son habitude, le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle est allé sans filtre, d’un ton acrimonieux.

« Avec ou sans l’opposition, nous irons aux élections. Nous voulons que les élections soient transparentes, crédibles, inclusives. Mais si quelqu’un ne veut pas participer à une élection, nous n’allons forcer personne »,  peste Damaro, dans un entretien chez nos confrères du site africaguinee.com. Le député n’avait fait que réitérer son propos tenu en début de semaine dans l’émission les « grandes gueules » de radio espace.

Réponse du berger à la bergère, Dr Fodé Oussou Fofana, lui aussi président du groupe parlementaire des Libéraux n’a pas fait dans la dentelle, en martelant sur le site mosaiqueguinee.com : « ceux qui pensent qu’on peut organiser des élections avec ou sans l’opposition, se trompent d’époque. Il n’y aura aucune élection organisée dans ce pays, sans l’opposition. Ça veut dire, si l’opposition ne va pas à une élection dans ce pays, c’est qu’il n’y a pas d’élection. Parce que, aujourd’hui, quoi qu’on dise, le RPG est en lambeau. L’opposition, nous contrôlons les 65 à 70% de la population guinéenne. Si nous ne voulons pas d’élections, ça n’aura pas lieu », fin de citation.

Me Salif Kébé vient donc d’ouvrir la boîte de pandores. Le même qui avait mené la fronde pour évincer son prédécesseur Bakary Fofana, qu’il accusait de tous les péchés d’Israël.

C’est finalement le principe « ôte-toi de là que je m’y mette ». On l’a compris.

Vouloir persister dans ce qui est considéré aujourd’hui comme une politique suicidaire par maints observateurs, pourrait exposer le président de la Ceni à la vindicte publique. C’est le moins qu’on puisse dire.

Il ne faudrait donc nullement s’étonner de l’effet boomerang d’une telle démarche pour un robin qui se dit prêt à braver la loi, pour satisfaire les desideratas d’un homme. Ce qui révèle la vraie face de cet avocat qualifié  à tort ou à raison de « marron » dans la corporation des robins.

S’il y a des hommes que les questions constitutionnelle et législative servent, pour vous Mamadou Dian Baldé, c’est Cellou Dalein et Sidya Touré, devenus soudain, bon gré mal gré, les meilleurs alliés de circonstance. Comme larrons en foire, Sydia et Cellou dans un pas de deux, écrivez-vous…?

 Sydia et Cellou dans un pas de deux

Les deux principaux leaders de l’opposition sont dorénavant comme deux larrons en foire. Cellou et Sydia dont il s’agit essaient de surpasser leur égotisme pour se liguer contre le locataire du palais Sekhoutourea, à qui on prête les intentions de vouloir se mettre sur les rangs au-delà de 2020.

Ces deux personnalités qui ont en commun de diriger des partis de gouvernement, jouent leur va-tout. Et ils savent plus que quiconque que le maintien du président Condé dans le jeu politique après la fin de son second mandat, pourrait les éclipser de la scène.

Ils iront alors grossir les rangs de ces politiciens démonétisés. D’où ce rapprochement entre les deux opposants pour faire front contre les velléités du parti au pouvoir. Ils sont d’ailleurs à l’avant-garde du FNDC, plateforme porte-étendard de la lutte anti troisième mandat.

Ces deux rivaux, qui sont de véritables  mâles dominants ont décidé finalement de jouer l’unité pour freiner le locataire du palais.

Une unité d’action qui renvoie une image positive de ces deux leaders aux yeux de leurs militants, alors que le pouvoir n’y voit qu’une unité de façade.

Preuve que ce pas de deux n’est pas vu d’un bon œil dans le camp adverse, où on préfère voir plutôt ces deux leaders se bouffer le nez, constamment, que d’emboucher la même trompette.

Mamadou Dian Baldé Journaliste et éditorialiste

A lire absolument aussi

Laisser un commentaire