Consultations nationales : qu’y a-t-il vraiment à débattre ?

0 43

A mon avis, tous ceux qui iront à ces consultations ou débats ne servent qu’à légitimer une question illégitime et illégale. Il n’y a absolument aucune opportunité de débattre d’un changement de constitution qui ne servirait qu’à permettre à Alpha Condé de se maintenir au pouvoir. Surtout que ceci intervient à moins d’un an de la fin de son mandat.

C’est vraiment incroyable qu’il y ait encore des politiciens qui trouvent ce débat opportun. Surtout après ces neuf années de violations de nos lois, de violations répétées d’accords politiques et de dialogues bidons.

Après neuf ans passés au pouvoir, que devrait-on vraiment attendre encore d’Alpha Condé sinon qu’il organise des élections transparentes et crédibles, et qu’il transmette le pouvoir à celui que le peuple aurait choisi ?

Il se trouve que ce sur quoi ils veulent les consultations est déjà résolu par la constitution. En plus, au regard des résultats des dernières élections, le FNDC regroupe les plus grands partis de ce pays et il a déjà exprimé son opposition à toute consultation portant sur le changement de constitution. À mon avis, c’est déjà là une réponse à la question posée par le président. Consultation ne veut forcément pas dire qu’on s’asseye tous autour d’une table pour parler.

D’ailleurs, la seule raison pour laquelle Alpha Condé a appelé à des consultations, c’est parce qu’il se sentait dos au mur à cause du manque de soutien sur le plan international et national mais aussi pour la consommation extérieure (communauté internationale) : Juste pour qu’on dise qu’il est démocrate afin que la pression diminue sur lui.

Il n’y a pas encore longtemps, en 2016, juste avant de se rendre aux Etats-Unis, Alpha Condé avait invité Cellou Dalein Diallo, le leader de l’UFDG, au palais Sékhoutouréya pour une opération de charme médiatique. D’une part, le discours du président de cette ssemaine s’inscrit dans ce même cadre : son voyage des Etats-Unis.

Quant aux leaders et acteurs politiques ou autres activistes qui veulent participer à ces consultations, ils ne le font que pour l’une de ces trois raisons.

La première est qu’ils n’ont vraiment pas une bonne assise politique, car n’ayant pas trop de militants. Ils  voudraient donc profiter de cette occasion pour exister.

La deuxième raison est qu’ils voudraient juste s’attirer les faveurs politiques et financières du pouvoir.

La troisième et dernière raison est qu’ils sont peut-être des partisans inavoués de la modification constitution et ne sont dans l’opposition que pour semer la confusion. Ils n’ont jamais été clairs dans leur opposition et entretiennent des positions floues sur la question de changement de constitution.

La seule position qui sied à cette proposition de consultations, c’est celle de demander le respect de la constitution. Point.

Abdoulaye J BARRY E-mail : ajbarry@live.com /Portland, OR USA

Laisser un commentaire