Guinée / Education : Où sont passées les reformes engagées par le Ministre Ibrahima Kalil Konaté (K²)

0 370

Les résultats des différents examens de fin d’année n’ont pas été satisfaisants cette année. Avec un taux de réussite autour de 24℅ au Baccalauréat unique, des voix commencent à s’élever pour réclamer des reformes profondes afin de rehausser le niveau des élèves guinéens. Ne dit-on pas qu’aux grands maux les grands remèdes ? Il est temps, grand temps que les autorités se remuent réellement pour sauver l’école guinéenne. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, l’ex-ministre de l’éducation nationale, Ibrahima Kalil Konaté avait entrepris des reformes courageuses et qui avaient commencé à avoir des effets positifs sur le niveau de nos enfants puisque les obligeant à ne compter que sur leurs propres efforts. Mais malheureusement, comme le Président de la République, le Pr. Alpha Condé aime le rappler souvent, << En Guinée, nous avons pris l’habitude de jeter l’enfant et l’eau de son bain.>> Pourquoi ne pas donc renforcer et pérenniser les belles initiatives trouvées sur place ? Déjà, des langues commencent à se délier et à réclamer celui-là même qui avait osé supprimer les notes de cours au baccalauréat unique. Sans arrière-pensée aucune, je
voudrais rafraîchir les mémoires sur certaines réformes et certains projets de dynamisation de notre système éducatif !

I. DÉCISIONS PRISES ET MATÉRIALISÉES :

1- La mise en confiance des cadres du département ainsi que les directeurs communaux et préfectoraux de l’éducation en les responsabilisant.
Car, responsabiliser le cadre est un aspect non négligeable dans la réalisation et la réussite des projets ambitionnés.

2- Redynamiser les partenariats entre le département et les partenaires sociaux (syndicats et l’association des parents d’élèves étudiants et amis de l’école (APEEAE).

3- La décentralisation de l’examen d’entrée en 7 ème année qui sera entièrement organisé  par les DPE/DCE et dont les résultats seront directement affichés sous la supervision d’un superviseur national.

NB: Bien que l’examen soit préfectoral, les sujets seront nationaux.

4- L’annulation des notes de cours au baccalauréat unique afin d’aboutir à une école d’élites à travers les efforts individuellement fournis par les élèves eux-mêmes.

5- La régularisation de la situation des contractuels ayant précédemment échoué au concours de recrutement à la fonction publique,session 2016 après 5ans d’activités dans les salles de classes.

  II.  LES ANNONCES

1 – L’annulation de la candidature à l’examen de l’élève n’ayant pas obtenu 8 de moyenne de cours.

2  -Tout élève ayant enregistré 25% d’absence au cours de l’année scolaire c’est-à-dire 40 jours francs verra sa candidature rejetée.

3 – La décentralisation du BEPC. Cet examen sera regional donc organisé par les inspecteurs régionaux de l’éducation. Et pour le réussir, les 33 préfectures devront être équipées d’ordinateurs interconnectés.

4 –  Le retour des compositions trimestrielles en lieu et place des évaluations continues qui intriguaient les enseignants qui ne savaient plus comment s’en prendre avec le nombre pléthoriques des copies d’évaluations des élèves et l’achèvement correcte des programmes d’enseignement.

5 – Le changement du calendrier scolaire :

a)- La pré-rentrée fixée pour le 11 septembre

b)- La rentrée scolaire fixée désormais au 15 septembre.

NB: La norme sous-régionale est de 950 heures /an pendant que la Guinée ne fait que 650 heures /an. En programmant la rentrée au 15 septembre, nous comblerons ce déficit.

6 – Liste des écoles par salle ( commencer par le baccalauréat,ensuite étendre au deux autres examens ) pour minimiser les tentatives de fraudes en évitant les regroupements des candidats d’une même école
dans le même centre.

7 – L’instauration d’une session pour les candidats ayant échoué à cause d’une seule matière, en leur offrant une deuxième chance.

8 – Mise en place de nouvelles filières au Lycée en plus des sciences sociales, expérimentales et mathématiques (Bac A, Bac B, Bac C,…et plus comme dans les autres pays)

9 – L’organisation du Bac blanc par commune afin de se faire une idée du niveau des candidats avant l’examen proprement dit.

10 – La création de l’Office National du Baccalauréat qui sera chargé de l’organisation et de tout le processus de cet examen très important
!

11. La révision de tous les programmes d’enseignement ( primaire,collège et lycée) pour les adapter aux programmes de la sous-région !

UN AUTRE GROS ACQUIS: Pour motiver les enseignants ( surveillants et correcteurs), l’ex-ministre  K² s’est battu pour déplacer la première dame dans les centres d’examens et le président de la république au
centre de correction du BAC à Matam, ce qui a eu pour conséquence directe le rehaussement de la prime de correction de 1.500.000 GNF à 2.000.000 GNF.
Au regard de tout ce qui vient d’être énuméré ci-haut, j’espère que le département en charge de l’éducation saura tirer profit de ces différentes initiatives pour redynamiser et moraliser notre système
éducatif !
Battons le fer pendant qu’il est encore chaud !
Sauvons l’école guinéenne !!!
Par Mariame Wonkifong BANGOURA

Laisser un commentaire