TPI Mafanco : les journalistes André Gaston Morel et Guy Mansaré, condamnés au payement d’une amende de 10 millions francs Guinéens

0 96

http://ACTUGUINEE.ORG / L’affaire remonte à la date du 22 07 2019, lorsque Moussa Iboun conté, président de l’association des éditeurs de la presse écrite (AGEPI), a assigné en justice, les journalistes André Gaston Morel et Guy Mansaré pour diffamation et injures par voie de presse .Après avoir été renvoyé à  plusieurs fois, le 13 mai dernier, l’affaire a été mise en délibérée pour une décision finale. Ce lundi, le tribunal de Mafanco a rendue sa décision finale en condamnent les accusés au payement de 2.000.000 francs Guinéens à l’État et une amende de 10.000.000 francs Guinéens à la partie civile au titre de dommage et intérêt. 


Pour la défense, cette décision est unilatérale, pour ce, elle compte pas baisser les bras. << Nous, nous recevons cette décision comme celle résultante unilatéralement de la partie civile, voilà, le tribunal l’a suivie aveuglement. Parce-que, il n’y à jamais eu débat contradictoire dans ce dossier. Ce qui est sûr, techniquement quand   tu accuses quelqu’un de t’avoir diffamé c’est que le support de cette diffamation devrait être présent dans le dossier à l’audience et, c’est sur ce support que le tribunal devrait rendre sa décision. Mais bizarrement dans le dossier, il n’ y’a même pas de journaux incriminés.Les journaux confrontés aux personnes poursuivies devraient être là  dans ce cadre, toutes décisions  qui allaient être rendues, devraient être le  fruit de cette confrontation, de cette pratique professionnelle.
 Malheureusement, et tout de même, nous avons relevé appel, ce qui met en néant la décision qui vient d’être rendue. Et, les débats vont reprendre à zéro a la cour d’appel >> . A dénoncé Maitre Facinet Soumah, Avocat de la défense .
Pour la partie civile, cette décision les rassure. << C’est une décision normale, parce-que, vous saviez que nous sommes en matière pénale et, le prévenu avait déposé une demande de rabattement pour qu’on suspendre cette affaire afin qu’on reprenne les débats alors ,  nous ne  sommes pas en matière civile. Ailleurs, les emprunteurs ne prennent pas du temps, nous, nous sommes opposés parce-que, il n’y avait aucun fondement légal >> . Relate Maitre Lansana 3 Camara Avocat a la partie civile.

 
Eugène Capi Balamou pour Actuguinee.org Tel : 622 298 802  

Laisser un commentaire