Conakry : le ministère de la ville démoli des habitations à Dar-es-Salam près de la décharge d’ordures.

0 135

Sur http://Actuguinee.org / Après plusieurs tentatives, le ministère de la ville et de l’aménagement du territoire met sa menace en exécution. Ce jeudi, les pelleteuses dudit ministère ont commencé à démolir les habitations près de la décharge d’ordures à Dar-es-Salam dans la commune de Ratoma.

Ce jeudi, les pelleteuses du ministère de la ville sont entrain de démolir une bonne partie des habitations se trouvant aux alentours de la décharge d’ordures (Comboss) de Dar-es-Salam sous une forte escorte de la gendarmerie et de la police.

Les habitants impuissants observent la scène avec consternation. Ils courent de tous les côtés pour essayer de sauver le minimum avant l’arrivée des machines dans leurs concessions. Certains décoiffent les maisons pour tenter de sauver quelques feuilles de tôles, d’autres arrachent des portes et fenêtres, d’autres avec des matelas, des lits et quelques ustensiles, le tout comparable à un film d’invasion.

Sur les décombres, quelques jeunes présents sur les lieux en profitent pour se procurer quelques objets de bricoles comme des fils électriques, des morceaux de tôles, etc…

«Nous demandons à l’Etat et aux personnes de bonne volonté de nous venir en aide. J’ai 11 enfants et depuis la mort de mon mari, ils ont tous abandonné les études pour manque de soutien, ils ne travaillent pas. Je sortais faire des bricoles pour les donner à manger. Et maintenant on n’a pas d’abri » a témoigné en pleurs Fatoumata Binta Bah, une habitante du quartier.

Une femme qui a été victime de déguerpissement à kipé2 et venue habiter à dar-es-Salam explique son calvaire en larmes : «Je vivais à Kipé2. Comme on savait qu’on allait démolir là-bas, on a arraché les feuilles de tôles, portes et fenêtres pour venir ici à Dar-es-Salam. J’étais au marché de madina ce matin quand mon fils m’a appelé pour me tenir au courant de ce qui se passe ici. Avant mon arrivée ici, j’ai trouvée que tout est démoli. On n’a pas pu sauver la moindre chose. On nous disait que le gouvernement viendrait détruire ici mais on ne savait pas que c’était aujourd’hui » explique Mariama Bah.

Thierno Mamadou Saliou, un vieil homme aveugle, d’une soixantaine d’année dont la maison est démolie témoigne : «Des gens disaient qu’ils viendront détruire ici mais on ne savait pas que c’était aujourd’hui. Le gouvernement avait dit de partir prendre 20 millions pour quitter ici mais tout le monde refusait d’y aller. Moi je ne vois pas mais j’ai l’impression que plusieurs de nos biens sont détruits. Le peu qui a pu être sauvé se trouve ici à la rue. On n’a pas trouvé où le confier. Je ne sais où aller avec mes enfants qui sont plus de dix ».

En août 2017, une forte pluie suivie d’un éboulement de terrain a fait 8 morts aux alentours de la décharge d’ordures de Dar-es-Salam.

Sadjo Bah pour Actuguinee.org / Tél : 625016669

Lire autres révélations ici http://Actuguinee.org 

Laisser un commentaire