Alpha Condé sera-t-il candidat à un troisième mandat?, Voici la réponse de Kiridi Bangroura, ministre secrétaire général à la Présidence

0 1 007

Sur http://Actuguinee.org / Kiridi Bangoura Ministre d’État, secrétaire général et porte-parole de la présidence « Nous devons avoir le courage de relire notre Constitution »

Propos recueillis à Conakry par DIAWO BARRY sur Jeune Afrique

Malgré une croissance réduite à néant en 2014 et en 2015 à cause de la crise sanitaire liée à l’épidémie d’Ebola, la Guinée affiche ces trois dernières années une hausse moyenne de son PIB de 9 %, qui selon le FMI devrait se maintenir autour de 6 % en 2019 et en 2020. Pourtant, le climat politique et social reste tendu, et, après une année 2018 sous pression (contestations des résultats des élections locales, revendications en matière de pouvoir d’achat, etc.), le pays amorce un nouveau tournant. En point de mire, deux rendez-vous majeurs: les législatives, qui devraient se tenir fin 2019, et, surtout, la présidentielle d’octobre 2020… à laquelle tout le monde se demande si le chef de l’État sortant se présentera – dans ce cas, il faudrait que la Constitution soit modifiée pour lui permettre de briguer un troisième mandat. Alors que, depuis la mi-avril, le débat entre partisans et adversaires de la révision constitutionnelle est de plus en plus animé, le temps est aussi venu de dresser un bilan des neuf ans de présidence d’Alpha Condé et de connaître ses priorités pour les dix-huit derniers mois de son second mandat. Sociologue, auteur de romans et de pièces de théâtre, plusieurs fois ministre sous Lansana Conté et investi des fonctions de secrétaire général et de porte-parole de la présidence depuis 2012, Naby Youssouf Kiridi Bangoura, 55 ans, est l’un des hommes de confiance du chef de l’État guinéen, qui lui délègue souvent des missions politiques délicates, notamment de médiation. Il livre quelques éléments de réponse. Et de réflexion.

Jeune Afrique: Quelles sont les priorités de l’exécutif dans la dernière ligne droite avant la fin de son mandat?

Kiridi Bangoura : Vous avez remarqué que Conakry est en chantier, comme le reste de la Guinée. Nous sommes désormais dans la phase d’intensification du processus d’industrialisation du pays, qui va prendre son envol avec la création de zones économiques spéciales. Les efforts fournis dans l’agriculture portent leurs fruits, avec une forte augmentation de la production des cultures vivrières et la relance des cultures de rente, qui vont augmenter les revenus du monde paysan. Nous entrons dans la phase d’inclusion économique, pour que les retombées de la forte croissance qu’enregistre le pays ces dernières années profitent aux plus démunis, ainsi qu’aux femmes et aux jeunes.

Quand ces retombées seront-elles tangibles pour les populations?

À partir de cette année, et pour la première fois dans notre histoire, 15 % des recettes minières vont être affectées au développement local des 342 communes du pays. Soit 1000 milliards de francs guinéens [plus de 96,5 millions d’euros], grâce auxquels chaque commune va pouvoir mettre en œuvre un plan de développement triennal. C’est l’aboutissement de la réforme engagée par le président de la République dans le secteur minier. Cette redistribution en faveur du développement local va satisfaire des besoins sociaux, comme la santé et l’éducation. Elle est encouragée financièrement par la Banque mondiale et par l’Agence française de développement [lirepp.98-100]. D’autres bailleurs suivront. C’est un drainage des ressources et des moyens pour que les populations prennent davantage en charge leur développement.

Pourquoi la création de ZES, en particulier à Boké, est-elle devenue une priorité?

C’est un choix stratégique du chef de l’État, pour que la Guinée participe désormais à l’économie mondiale. Nous avons des atouts: une façade atlantique qui bénéficie du dynamisme du secteur minier, une production énergétique en plein essor [en particulier l’hydro électricité, lire p. 103], des investissements directs étrangers qui affluent… Or, actuellement, les bateaux miniers qui transportent la bauxite vers l’Asie reviennent vides. À l’instar de Boké, notre capitale même a un emplacement stratégique qui en fait un lieu privilégié pour la production et la redistribution de produits manufacturés en Afrique de l’Ouest, depuis Pékin ou depuis Dubaï. L’ambition du président de la République est de produire plus sur le plan agricole et, surtout, de transformer avant d’exporter, quel que soit le niveau de transformation dans la chaîne de valeur. Ces ZES, qui ont pour but d’intensifier le développement industriel et d’attirer les capitaux, seront des réceptacles pour ces initiatives. Avec l’accompagnement de la Banque africaine de développement [BAD], nous avons déjà lancé le développement de pôles d’agrobusiness et de plateformes logistiques.

Pour en venir aux prochaines échéances électorales, le retard pris dans la tenue des législatives risque-t-il d’avoir des incidences sur l’organisation de la présidentielle?

La dernière réunion du Comité de suivi du dialogue politique montre que, si tous les acteurs y mettent de la volonté, nous arriverons à tenir les législatives cette année. On pourra ainsi respecter la suite du calendrier électoral. Pour le reste, ce n’est pas à un représentant de l’exécutif d’anticiper le calendrier qui doit être proposé par la Ceni [Commission électorale nationale indépendante. À l’issue d’une semaine de retraite stratégique, celle-ci a annoncé le 6 mai que les législatives pourront se tenir entre fin novembre et début décembre 2019, NDLR]. Je pense donc sincèrement que nous pouvons tenir les législatives en 2019 et la présidentielle en 2020.

Étant donné qu’elle doit avoir l’accord des partis politiques pour fonctionner, la Ceni est-elle vraiment indépendante?

Vous avez raison, il est nécessaire que l’on fasse l’évaluation de l’impact des accords politiques sur le système légal de notre pays et que nous nous rendions compte que, chaque fois que nous faisons des compromis au détriment de la loi, nous arrivons à des impasses parfois pires que celles que le consensus était censé résoudre. Il faut remettre la loi à sa place, c’est-à-dire au-dessus de tout. Elle est le premier consensus fondamental. Il faut donc plus de rigueur dans son application et, par ailleurs, que les acteurs politiques, une fois que la loi est votée, acceptent que les organes d’État qui en sont chargés l’appliquent sans désemparer.

Certains ministres et cadres publics font campagne à travers le pays en faveur d’une modification de la Constitution. Cela veut-il dire que l’exécutif compte déposer un projet de révision, voire de nouvelle Constitution?

Le débat est un principe en démocratie. Il est tout à fait légitime que des organisations citoyennes, des groupes de Guinéennes et de Guinéens, débattent pour améliorer le cadre constitutionnel. Effectivement, de plus en plus de citoyens, isolément ou organisés, posent des questions sur la Constitution de notre pays. Et je crois que ce débat doit se poursuivre. Il est important que tous les acteurs donnent leur avis. Et, le moment venu, qu’elle se manifeste dans un sens ou dans l’autre, tout le monde devra accepter la volonté du peuple, qui est la source de la loi et du pouvoir. Nous devons éviter une forme de terrorisme politique qui interdirait le débat. Il faut laisser le peuple débattre, il demeure un arbitre infaillible de dernier ressort. Beaucoup souhaitent aujourd’hui que nous ayons le courage de relire notre Constitution et que nous en assumions les conséquences. Il est temps de doter le pays d’un système constitutionnel qui assure la pérennité et la stabilité. Ce n’est pas un débat partisan, mais citoyen.

Pourquoi maintenant?

La priorité du président était la réforme des services de sécurité. Et, comme l’a témoigné dernièrement le général Bruno Clément-Bollée, les premiers résultats obtenus grâce à la réforme en matière de sécurité élargie – qui ne concerne pas seulement les armées mais aussi la police, la gendarmerie et la protection civile – sont cités en exemple en Afrique. Il fallait également réformer la justice, refonder les bases de notre économie, etc.

Les Guinéens seront-ils consultés?

C’est au peuple et aux acteurs politiques de fixer ce rendez-vous. Quand ce sera fait, nous participerons au débat. Selon la loi, l’initiative d’une nouvelle Constitution ou d’une révision constitutionnelle appartient concurremment aux élus de l’Assemblée nationale, représentants du peuple, qui incarnent le législatif, et au président de la République, chef de l’exécutif. Je crois donc que le jeu institutionnel est tout à fait ouvert pour que les citoyens puissent être consultés.

Alpha Condé sera-t-il candidat à un troisième mandat ?

Je ne le sais pas. Ce que je sais, c’est qu’il a servi son pays avec courage et abnégation. Nous souhaitons que, quels que soient la place et le rôle qui seront les siens, il continue d’insuffler cette énergie à la Guinée et de contribuer à sa construction, ainsi qu’à celle de l’Afrique, pour laquelle il a une profonde passion.

Estimant qu’il est de plus en plus probable qu’Alpha Condé tente de pouvoir briguer un troisième mandat, les principaux leaders de l’opposition ont créé un Front national pour la défense de la Constitution en y associant des représentants de la société civile.

Qu’en pensez-vous?

Qu’ils sont mal placés pour parler ainsi. Qui a piloté la révision de la Constitution sous la IIe République? Avec le Premier ministre Sidya Touré, les Guinéens ont découvert le slogan: « Ton pied, mon pied. » En 2001, Cellou Dalein Diallo, à l’époque ministre des Travaux publics, a dirigé la campagne en Moyenne – Guinée pour le oui au référendum, et d’autres ont contribué à faire passer cette révision de la Constitution, qui a fait passer le mandat de cinq à sept ans, sans limitation, c’est-à-dire l’instauration d’une présidence à vie! À l’époque, j’étais moi-même secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Pour en revenir au débat d’aujourd’hui, certes, il y a ce front de l’opposition, mais on voit aussi que d’autres fronts s’organisent pour protéger la souveraineté du peuple de Guinée. Il est tout à fait légitime que les uns soient pour et que les autres soient contre. L’important, c’est que le débat ait lieu de façon démocratique, dans le respect de la loi et de l’opinion d’autrui, et que toute violence en soit bannie.

Lire la suite en cliquant ici http://Actuguinee.org

Laisser un commentaire