Décès d’Elhadj Thierno Mamadou Cellou Diallo : La dépouille mortelle confisquée au Peuple de Guinée

44

L’ancien ministre et ancien ambassadeur sous le magistère de Lansana Conté et jusque là ministre-conseiller chargé du Développement rural, Elhadj Thierno Mamadou Cellou Diallo, a tiré sa révérence dans la nuit du dimanche 3 mars 2019 à Conakry. Son enterrement est prévu ce lundi 4 mars 2019 à Labé, selon un communiqué officiel du Bureau de presse de la Présidence guinéenne.

Le défunt, bien connu des Guinéens, à ne pas confondre avec son cousin Mamadou Cellou Dalein Diallo chef de file de l’opposition, a été ministre des Travaux publics et ministre du Plan et de la Coopération internationale. Par des combinaisons politiques de l’époque de Lansana Conté, il a été évincé des TP au profit de son cousin, actuel président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne. ‘’Vieux Cellou’’ s’est alors retrouvé au ministère du Plan et de la Coopération internationale en remplacement du docteur Ousmane Kaba actuel Président du PADES et ancien ministre-conseiller du Président Alpha Condé.

Je voudrais ici saluer la mémoire d’un compatriote, résolument déterminé à gagner toutes les batailles qu’il engageait.

Durant tout son parcours professionnel et politique, ‘’Vieux Cellou’’ nous a donné l’exemple d’un homme de conviction, courageux et résolument déterminé à remporter toutes les batailles qu’il engageait.

Plusieurs fois ministre au temps de Lansana Conté et ambassadeur de la Guinée à Rome (Italie), l’illustre disparu a fait montre d’un incontestable courage politique et d’une détermination sans faille à servir son pays. Homme sans rancunes, il a accepté et béni le mariage de sa fille, Aminatou Diallo, au fils de Siaka Touré, Papa Touré. C’est là où le pardon de cet homme prend une dimension importante, car il a permis, accepté et béni le mariage de sa fille avec le fils de celui qui apparaissait comme son tortionnaire, N’fa Siaka Touré, gouverneur de Conakry et tout puissant patron du camp Boiro. Comme pour démontrer que les enfants ne sont pas comptables des actions de leurs pères.

Décédé dans la nuit du dimanche 3 mars, sa dépouille mortelle a été automatiquement et rapidement acheminée à Labé le même jour avant que les autorités guinéennes, mis devant le fait accompli, n’aient eu le temps de dérouler un programme des obsèques. Était-ce une dernière volonté du défunt ? Dans tous les cas, on s’imagine mal que le défunt n’ait pas eu un hommage digne de ce nom à Conakry, un symposium au Palais du peuple. Pour ce qu’il a été, c’est le moindre que le gouvernement aurait pu faire pour lui. Certains n’ont sûrement pas voulu que cet événement soit politiquement récupéré, oubliant que ce corps appartient à toute la Guinée.  Il n’empêche le Gouvernement a envoyé une forte délégation pour assister à l’enterrement de l’illustre disparu.

Vieux Cellou a cru, s’est battu et a tiré sa révérence, nous enjoignant ainsi à relever les défis qui se dressent devant nous et nous rappeler les principes de pardon et d’humilité car contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, la mort a toujours rapproché les Guinéens. Dors en paix Koto Cellou et que la terre de Guinée que tu as bien servie te soit légère. Requiescat in pace !

Elhadj Ibrahima Diallo / Italie

Contact ACTUGUINEE.ORG : 629 46 29 29

Les commentaires sont fermés.