Est-ce un sabotage ou une mauvaise foi de la Fonction Publique ?,la déléguée Aïssatou DAFF à l’écran à Kindia

Le dimanche 15 octobre dernier s’est déroulé sur l’ensemble du territoire national, les concours professionnels des agents de l’éducation nationale. Le CAP, le Probatoire, le 1er et le 2ème certificat constituaient les différents paliers de ce concours. A Kindia, ils étaient près de trois mille candidats a subir les épreuves de ce concours.
Depuis le mois de septembre, les chargés des ressources humaines de la région et des préfectures ont travaillé d’arrache pied pour mettre à jour les procès verbaux et les dossiers des candidats. Après plus d’un mois de travail méticuleux, les dossiers ont été acheminés à la fonction publique à Conakry. Là, ils devraient être traités pour élaborer les listes d’émargement qui autorisent les candidats à être dans les salles. Mais le constat sur le terrain atteste que la fonction publique a fait à dessein d’omettre plus des 2/3 des candidats sur les listes d’émargement. Ce qui a provoqué une panique générale chez les enseignants qui ne seront pas tendre envers les autorités régionales et préfectorales de l’éducation de Kindia.
Le mauvais travail accompli par la fonction publique a rejailli négativement sur les enseignants. Cela est-il  fait à dessein pour mécontenter les enseignants et les pousser au soulèvement? On comprend mal comment à partir de dossiers traités comportant les noms et renseignements des candidats, on peut établir une liste d’émargement qui ignore les 2/3 de ce qui ont fait acte de candidature ? Les enseignants ont l’habitude d’organiser les examens et concours avec des milliers de candidats sans souci majeur. Mais pour ce concours organisé uniquement dans les chefs lieux de région, la fonction publique est passée loin de la réussite.
 A Kindia, la déléguée qui est venue pour superviser le concours a affiché sa mauvaise foi et sa trop grande cupidité. Dans un manque de transparence totale elle a géré à sa manière le déroulement de ce concours :
  1. Elle a tenu secret la note technique pour le déroulement du concours, prétextant qu’elle est venue avec des statistiques.
  2. Elle a balayé d’un revers les dispositions prises par les autorités régionales relatives au nombre de salles et de surveillants. Pour tous les examens et concours, on met 2 surveillants par salle, mais Aïssatou DAFF a imposé le contraire. Non seulement elle a réduit le nombre de salles, elle a en plus exigé 1 surveillant par salle.
  3. Ce ne sont pas les salles et les enseignants qui manquaient, seulement cette femme a procédé à des ponctions excessives sur l’argent qui lui a été remis pour le concours.
  4. Elle a plutôt pensé à son propre intérêt et non au déroulement harmonieux du concours pour lequel elle a été mandatée par son département. ce sont des centaines de candidats qui ont concouru la mort dans l’âme pour n’avoir pas retrouvé leurs noms sur la liste d’émargement.
    5.Ce qui est plus marrant, elle se permet de payer la même prime aux surveillants, aux membres du secrétariat, à la coordination et même les chefs de l’éducation au niveau régional et préfectoral. Les enseignants ont maudit toute la journée les cadres des ressources humaines à tort. Ces derniers ne sont responsables de rien, c’est à la fonction publique que tout cela a été orchestré.
  Au dire des enseignants, Aïssatou DAFF était à son deuxième séjour à Kindia pour la même circonstance. Lors de son premier passage, elle a agit de la même manière. Est-ce pour lui permettre de mettre sur papier une forfaiture?, elle a fait émarger les surveillants sur des papiers volants manuscrits alors que des papiers imprimés pouvaient être établis. Elle a fait signer à blanc personne n’a vu quoi que ce soit en rapport avec la note technique.
Une surprenante attitude de la part d’une Hadja s’exclament des responsables contactés par nos soins?
En tout cas les malédictions et imprécations proférées par les enseignants contre les cadres de l’Inspection régionale et la Direction préfectorale, Aïssatou DAFF en aura les 75% à cause de ce qu’elle a fait comme mauvais travail à Kindia. Si c’est comme cela, mieux vaut laisser l’organisation de ce concours sous la responsabilité effective de l’éducation précisent nos sources.
Si les enseignants de Kindia ne réussissent pas à ce concours, le seul responsable sera la fonction publique et le fameux délégué venu à Kindia.
Ils s’en remettent à Dieu car il est justice. Pour eux la vérité jaillira un jour et tout sera mis en exergue se désolent des candidats à Kindia.
Affaire à suivre…!
Soumah Alkhaly pour Actuconakry.com / Tel: 666 08 35 26

Autre magouille à lire sur ce lien ci-dessous 

http://actuconakry.com/2017/10/18/guinee-de-la-haute-magouille-au-ministere-de-la-fonction-publique-et-de-la-reforme-administrative/

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus