Conakry /Marche de l’opposition : Est-ce le peuplement voulu à dessein du cimetière de Bambéto? (Par Korbè Diallo)

LA RUE, ENNEMIE DE LA PAIX ET DE LA DEMOCRATIE !
On se demande aujourd’hui les raisons qui poussent l’opposition à mettre dans la rue les enfants pour angoisser les paisibles citoyens. La rue n’a jamais résolu les problèmes d’une nation.
Quand on évoque la rue, on pense aux enfants abandonnés qui sont sans toi, des hors la loi. On pense également à cette meute de chiens et de chats errants qui cherchent à survivre dans les poubelles des villes.
Donc la rue a une connotation péjorative, elle sied à des individus qui ne sont pas du cadre légal de la vie, qui pratiquent des activités contraire à la bienséance sociale.
La nation est une entité sociale vivant sur un territoire commun et qui doit avoir un idéal commun. La paix n’est pas un vain mot, mais c’est un comportement qui commande à l’homme de faire violence sur sa propre personne pour ne pas nuire à son prochain.
Les populations d’un pays ne jouissent pas de conditions de vie identiques. Il y a des indigents, des hommes qui vivent le jour au jour, qui ont besoin du marché pour vivre.
Le premier alibi défendu par les hommes politiques, c’est apporter le bien être pour les populations. Tous disent se battre pour le peuple pour mettre fin à sa souffrance si souffrance il y a.
 
La démocratie exige le multipartisme, or ce multipartisme est synonyme de diversité et cette diversité est faite de différences qui méritent d’être respectées.
Mais l’opposition républicaine ne respecte pas cette diversité, elle pense que la vérité est son apanage et que les autres sont sur du faux. Ceci dénote un égocentrisme conséquent qui suppose qu’elle est la solution aux problèmes du pays. Cela peut être vrai mais à condition qu’elle offre quelque chose de concret aux populations même à ceux qui le suivent naïvement. Quand un homme veut d’une femme, il le démontre à travers des gestes, des petits cadeaux pour rassurer sa fiancée de ce qu’il pourra faire pour elle ultérieurement.
Donc au lieu de mettre les gens dans la rue pour dénigrer le pouvoir en place, si réellement l’opposition veut diriger ce pays, qu’elle pose des actes responsables qui pourraient attirer les hommes dans son camp. Malheureusement depuis 2011, elle n’a offert que la mort, les violences et les destructions des biens d’autrui.
Ce que Dalein refuse d’accepter et qui est malheureusement une vérité, c’est que 98% des hommes qui le suivent sont de sa communauté. Et ce repli identitaire est aujourd’hui la plus grande faiblesse de ce leader. L’UFDG mobilise les foules cela est évident mais, ce qui échappe à son président c’est que les 60% de cette foule ont peur de sa victoire. Ils sont unanimes à reconnaitre que le pays sera invivable s’il arrivait un jour au pouvoir.
Des grands projets à la primature en passant à la pêche et aux travaux publics, Cellou n’a jamais convaincu. Durant plus d’une décennie, celui qui a eu la plus grande longévité au gouvernement du Général Lansana CONTE est sorti par la fenêtre.
Il a été démis de ses fonctions pour faute lourde, le scannage de la signature du président de la république pour se faire un décret à sa mesure et à sa convenance. Les différentes casseroles qu’il traine ne sont pas de nature à lui faciliter la tâche. Chaque jour qui s’égrène augmente la méfiance des guinéens à son vis-à-vis.
Cellou Dalein charrie l’angoisse et la violence, il ne rassure personne, il a à fleur de peau la haine et le mépris pour ce pays. Le pouvoir en place pose des actes que lui il détruit avec sa horde sauvage et barbare. Cependant il n’est pas le seul opposant du pays mais, il est le plus virulent et ses acolytes pensent qu’être opposant c’est insulter le chef de l’Etat.
 Ce qu’il ignore c’est qu’il est en train d’ensemencer les graines de sa défaite sans le savoir. C’est pourquoi il sera toujours battu aux élections dans ce pays, les guinéens veulent maintenant des présidents intellectuellement affirmés, honnêtes et qui ne se reprochent de rien.
Depuis 2011 jusqu’à nos jours, Dalein met les gens dans la rue, peut-il montrer l’acquis ou l’avantage qu’il a tiré de ces marches absurdes.
En tout cas, ces marches pacifiques ont montré leur limite si réellement elles ont eu un impact positif, l’opposition aurait cessé de marcher depuis longtemps. C’est justement à cause du fait qu’elles n’ont rien apporté de positif, que Cellou et compagnie s’agrippent bec et ongle à cette pratique d’un autre âge. Le seul impact de cette sempiternelle marche, c’est le peuplement voulu à dessein du cimetière de Bambéto, c’est tenter d’empêcher les actes que pose le pouvoir. Dieu est justice, il lit dans le cœur de chaque homme, c’est pourquoi on dit souvent : «  Une fourmi noire dans la nuit noire, dans le creux d’un arbre noir, Dieu la voit et l’entend. »
Personne ne peut se cacher de Dieu, il rétribue toujours les hommes en fonction de leur droiture et de leur honnêteté. Ce n’est donc pas dans la rue que Dalein va ramasser le pouvoir. Pour avoir été battu deux fois à plate couture pendant les élections, qu’il daigne attendre son temps si Dieu l’a prescrit dans son destin, ce qui est loin d’être une évidence. Pour la paix et la quiétude dans la cité, il est temps maintenant que Dalein et ses acolytes se ressaisissent, le peuple de Guinée n’aspire qu’à cela.
Algassimou Korbè Diallo pour le renouveau de l’UFDG /Tel : (+224)666 08 35 26

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus