Guinée: un corps sans tête découvert à Labé

NB : images d’archives 

Dans l’après-midi du vendredi 25 août, un corps sans vie d’une femme été découvert vers 17 heures, dans le secteur Fello, district Garki, sous-préfecture de Popodra.
Au micro de Mediaguinée, le vice-maire de la commune rurale de Popodara laisse entendre que c’est dans un état macabre qu’ils ont découvert le corps sans vie de Djouhé Bhoye Diallo, avec la tête amputée et introuvable. En plus, le corps de la victime avait ses pieds attachés à l’aide d’un foulard. Dans un premier temps, il était difficile de reconnaître l’identité et l’origine de la victime. « Lorsque je suis arrivé sur les lieux, il y avait beaucoup de monde.
J’ai appelé le sous-préfet. Il m’a dit qu’il a informé la gendarmerie et les autorités judiciaires. Le médecin légiste est venu, ils ont fait le travail, c’est une femme.
D’après les informations que nous avons recueillies auprès des voisins, c’est un enfant qui, de passage, a aperçu des branchages sur quelque chose avec le bourdonnement des mouches alentour.
Lorsqu’il s’en est approché, il a trouvé que c’est un corps sans vie. Après, il a pris la fuite pour aller informer les sages du village qui, à leur tour, ont informé le responsable du district de Garki. Le sous-préfet a été informé.
Nous avons regardé le corps, nous nous sommes rendu compte que c’est une femme, dont la tête a été complètement coupée, les pieds attachés par un foulard », explique Alkali Diallo, le vice-maire de la CR de Popodara.
C’est à travers les signes particuliers qu’une voisine a reconnu le corps de Djouhé Bhoye Diallo. Selon cette dernière, la victime est âgée d’une soixantaine d’années, mère de 5 enfants, et elle vivait seule dans une maison de 3 pièces. « Nous étions en train de construire une maison. Tout le monde était présent, sauf elle. C’est après le repas de midi, et la prière de 14 heures, que je me suis déplacée pour aller chez elle.
A mon arrivée, j’ai ouvert la porte du salon, j’ai constaté qu’une lampe était allumée à l’intérieur de la chambre. J’ai frappé à la frappe plusieurs fois, sans réponse. Lorsque le corps a été découvert, j’ai aidé à l’identifier. C’est à travers l’un des doigts du pied et les mains que j’ai pu reconnaître le corps, celui de Djouhé Bhoye Diallo, mère de 5 enfants. », dira entre autres Fatoumata Binta Diallo qui a par ailleurs ajouté que sur les cinq fils de la victime, deux seraient des déséquilibrés mentaux. L’un d’eux l’avait même blessée grièvement par couteau il y a quelques années. « Parmi ces 5 enfants, deux sont des fous, et l’un d’eux l’avait blessée à coups de couteaux grièvement, il y a un peu longtemps.
Mais pour le moment, rien ne prouve que c’est ce dernier qui a tué sa maman. Tout le monde pointe néanmoins un doigt accusateur vers lui. Il a même regardé le corps avant d’aller vaguer à ses affaires. La tête de la dame reste toujours introuvable », conclut la belle-sœur de la victime.

Après l’examen du corps par le médecin légiste, en présence des services de sécurité, les autorités sous-préfectorales de Popodara ont mis le corps à la disposition des sages du secteur de Fello, pour procéder à son inhumation aux environs de 20 heures. Selon le sous-préfet de Popodara, Aly Konaté, des enquêtes ont été ouvertes par la gendarmerie pour retrouver les auteurs ou l’auteur de ce crime crapuleux.

A noter que 6 corps sans vie ont été découverts en ce mois d’août 2017 dans la préfecture de Labé : 5 dans la commune urbaine et un dans la sous-préfecture de Garambé.
Affaire à suivre.
Amadou Tidiane Diallo, correspondant régional de mediaguineee à Labé
1 commentaire
  1. KEMOKO dit

    CEST INHUMAIN

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus