Eugène Falikou à propos du recensement additionnel en cours : « plus de 100 mille personnes sont à identifier »

Le Ministère de la Fonction Publique, de la Reforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration toujours soucieux de rendre le fichier de la fonction publique guinéenne propre vient de déclencher « le recensement et l’identification biométrique additionnelle des pensionnés, contractuels temporaires et des agents en attente. »
Ce mercredi 16 Août 2017, le secrétaire général dudit Ministère, Eugène Falikou Djomalo entouré par des cadres techniques du département animé un point de presse, au cours duquel il a expliqué de long en large le bien fondé de cette opération additionnelle.
D’entrée, il a fait savoir que la première phase du recensement biométrique qui s’était déroulée du 16 janvier 2014 au 15 septembre 2014 avait permis d’obtenir des résultats très encourageants. « C’est au vue de ces résultats encourageants que le gouvernement a instruit notre département de procéder à cette opération de recensement biométrique additionnelle », dira-t-il autres avant de préciser :
« Les personnes concernées par cette opération additionnelle sont : Les pensionnés qui sont au nombre de 71605 ; Les contractuels temporaires qui sont au nombre de 12232 et les fonctionnaires en attente d’enrôlement qui sont au nombre de 18695. Les fonctionnaires en attente comprennent les fonctionnaires en position régulière qui n’ont pas été enrôlés dans la première phase du recensement biométrique pour diverses raisons et il y aussi des nouveaux fonctionnaires engagés récemment au compte de certains départements ministériels. Au total, 102532 personnes sont à identifier au cours de ce recensement additionnel. »
Poursuivant, il a rappelé que l’objectif général de cette opération vise essentiellement à éliminer les agents en doublons, les fonctionnaires en situation d’irrégularité qui perçoivent selon lui, des soldes voir des pensions de manière indue. Mais, précise-t-il, aussi à mettre en place une vérification automatisée de l’identité des fonctionnaires, contractuels de l’Etat et la gestion de leur présence sur les durées de travail.
Parlant des résultats attendus, le conférencier a mentionné qu’ils sont nombreux. Selon lui, « les effectifs des actifs et non actifs seront l’identifiés, la masse salariale des actifs et non actifs est maitrisée, les données personnelles des actifs et non actifs sont sécurisées et sont à l’abri de toute manipulation frauduleuse. »
Plus loin, il (Eugène Kalikou Yomalo) a précisé qu’au terme de cette opération additionnelle, la fonction publique va disposer d’un fichier unique référence. « Un fichier unique avec les données biométriques et un fichier unique sécurisé intégré. Cette opération va aussi comme la première phase du recensement se déroulée en deux phases.  Il y a la phase qui consiste à remplir les fiches par les personnes concernées. Cette phase de remplissage des fiches a démarré depuis le 8 juillet 2017 sur toute l’étendue du territoire. La seconde phase va être l’identification biométrique », dira-t-il, ajoutant que cette identification biométrique consiste à identifier les pensionnés, les contractuels temporaires et les fonctionnaires en attentes.
« Elle consiste réellement à faire la capture des données biométriques. Dans cette seconde phase, les équipes iront sur le terrain avec les kits pour prendre ces données biométriques et nous apporter ici », conclut-il.
Par Youssouf Keita
+224 666 48 71 30

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus