Guinée : Le Conseil des Ministres du 30 juin 2017 : s’achemine-t-on vers un recul à l’audit ?

Sous la haute présidence du Président de la République, le Prof Alpha Condé, la session ordinaire du conseil des Ministres du 30 juin 2017, a été marquée par la soumission d’un projet de loi, portant « validation des comptes des comptables publics de 1958 à 2010, » a annoncé madame la ministre de l’Economie et des Finances, Malado Kaba.
Le contenu de ce « fameux » projet comprend trois articles :
 La validation des opérations effectuées pendant la période allant de 1958 à 2010, en raison de l’inexistence de pièces générales, de pièces justificatives et de documents comptables à transmettre à la Cour des Comptes (Art. 1) ;
 La possibilité de poursuivre, le cas échéant, les comptables publics et toutes autres personnes auteurs de fautes de gestion au cours de la période concernée (Art. 2) ;
 L’enregistrement, la publication au Journal officiel et l’exécution de la loi comme loi de l’Etat (Art. 3).
Selon une certaine opinion,  «  les contours de ce projet ne feront qu’enterrer toute possibilité des audits en Guinée, dans un contexte où les discours révisionnistes de récrimination sont monnaie courante, qui consistent à dire que, c’est l’autre la cause du retard de la Guinée. »
En soutenant ce projet,  madame la ministre a mis en avant des argumentaires peu convaincants et qui nécessitent une réelle enquête  autour de ce projet, s’il n’y aurait pas des esprits intelligents derrière, des supposés prétendants ou réels à la succession du Président Alpha Condé en 2020. Parce que tout ce qui entoure le chef de l’Etat comme conseillers ou collaborateurs ne sont que des anciens apparatchiks des régimes militaires qui ont mis le pays en retard.
En justifiant ce projet, quand madame la ministre dit : « la Cour des Comptes ne peut procéder à l’examen et au jugement des comptes actuels tant que la situation des comptes antérieurs n’est pas arrêtée, en vertu du principe de l’immutabilité des comptes c’est-à-dire report exact de la ligne des comptes ou solde des comptes. »
En clair, c’est ce qui sous-entend à dire selon certains spécialistes du domaine, que « personne ne sera mise en cause  en Guinée dans des cas de malversations financières. Parce que ce fameux projet de validation des comptes des comptables publics de 1958 à 2010 ne se fera pas évidemment d’ici 2020,» doutent ces spécialistes.
Projet à suivre !
Moriken Deen pour Actuconakry.com

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus