Guinée / Ministère de la Justice : Que des dysfonctionnements graves…?

Le département de la justice semble malade à cause de certains dysfonctionnements qui irritent ses travailleurs. L’espoir suscité par la venue de Me. Sacko à la tête de ce département n’aura été que de courte durée. Aujourd’hui, il y a une vague de mécontentement et de protestation qui s’annonce avec d’ailleurs un préavis de grève. Actuconakry a constaté les faits, les agents pénitenciers sont devenus des laissés pour compte. Ces hommes en uniforme qui relèvent du département de la justice, ont le sentiment d’être abandonnés. Ils ne bénéficient d’aucun avantage à l’instar des autres corps habillés. Leur sécurité n’est pas assurée quand on sait qu’ils ont sous leur contrôle, les plus grands criminels et receleurs de notre pays. Depuis longtemps, ils ne jouissent aucunement de leur droit, celui des avancements en grades.
Fatigués d’être ignorés par les autorités judiciaires, ils ont maintenant décidé de se faire entendre pour réclamer leur droit. Pour cela, ils veulent faire recours à leur droit syndical. Un préavis de grève est même déposé, respectueux des principes, ils attendent la fin de ce préavis pour déclencher leur mouvement. Quand ces hommes décident d’aller en grève, que deviendront alors les établissements pénitenciers du pays ? Surtout étant donné que les grands bandits sont incarcérés dans ces maisons d’arrêt, qui d’autre assurera la surveillance. ?
Mais ce ne sont pas seulement  les gardes pénitenciers qui grincent les dents, au tribunal du travail, le non paiement de leurs primes dérisoires a fait que le travail y est arrêté depuis quatre mois. C’est dire ainsi que les conflits relatifs au monde du travail, les contentieux et autres ne sont depuis pas examinés. Comment alors prétendre à une régulation des affaires au niveau de cette institution très importante si leur droit est piétiné ? A ce niveau également les travailleurs souffrent de cette négligence coupable des autorités qui ne veulent même pas entendre parler de ce dossier.
Au ministère de la Justice, que des interrogations ?
En tout cas ! assez d’interrogations foisonnent dans la tête des travailleurs de ce département, qui sont d’ailleurs éberlués par cette inattendue situation.
Il est temps que le chef de ce département prenne ses responsabilités pour contrecarrer cette grève en latence. Dans l’état actuel du pays, il ne serait pas beau d’être confronté à un quelconque remous social. La question que l’on se pose avec insistance aujourd’hui, c’est de savoir comment un chef de département qui n’a pas pu gérer de tels petits problèmes peut prétendre juger les affaires du 28 septembre ?
Attendons de voir !

Lounceny Deen  pour Actuconakry.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus