Un chauffeur proche d’un ancien ministre assassiné à Kountia (Coyah) :Un agent de police écroué !

Le corps sans vie retrouvé ce matin à la station Shell de Kountia n’est autre que le corps du chauffeur qui conduisait la maman de l’ancien ministre de la Santé,le Colonel Rémy Lamah.

Sur les lieux très tôt ce matin du 13 avril 2017,l’ancien ministre très ému et attristé donne quelques détails reçus des temoins occulaires de l’horrible scène, « j’ai été appelé aux environs de 5 heures 02 mn par ma sœur en m’informant que la maman est en route pour conakry et  qu’au niveau de Kountia, ils ont été victimes d’une attaque.

Et tout de suite j’ai cherché à avoir des précisions sur les lieux, c’est ainsi qu’avec ma garde, nous sommes arrivés voir ce qui s’est passé

Arrivée sur les lieux non loin de l’OAS ,j’ai vu la maman, la belle sœur et à côté du vehicule un corps sans vie.

Je me suis approché de la sœur pour savoir un peu sur l’attaque.
Dans sa version des faits, le chauffeur leur a dit que nous sommes arrivés à conakry,mais comme il fait sombre, passons la nuit ici et continuer le matin très tôt et tranquillement.
C’est ainsi qu’il est descendu de sa voiture pour monter les vitres, pendant qu’il faisait cette manœuvre, il est allé se mettre à l’aise et entre temps,la belle sœur a entendu un coup de feu et ceux restés dans la voiture n’ont pas su que ce coup de feu a atteint le chauffeur.
C’est par après que la garde de la station Shell a alerté ma belle sœur de la présence  d’un corps sans vie à côté qui n’est autre que le chauffeur qui conduisait ma maman et ma belle sœur »
Aux dernières nouvelles, l’agent de police de la garde de la station Shell est aux arrêts et est considéré comme le présumé auteur du crime selon des sources proches de la police de Coyah.

Actuconakry.com 

A découvrir aussi 

http://actuconakry.com/2017/04/14/rpg-arc-en-ciel-quand-on-na-pas-la-bonne-information-on-desinforme-le-plus-souvent-coup-de-gueule/

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus