« La Guinée ne peut pas faire l’économie de l’endettement. Mais il faut qu’on s’endette de manière intelligente »

La Ministre de l’Economie et des Finances a reçu en audience Mercredi 05 Avril la Directrice Afrique de l’Ouest et du Centre pour l’Union Européenne. La rencontre entre Carla Montesi et Malado Kaba visait à réaffirmer le soutien de l’institution européenne à la Guinée dans certains domaines clés de développement. Il s’agit notamment de la mise en place et l’exécution des appuis budgétaires ; la proposition de l’engagement pour relancer l’appui supplémentaire avec le fonds fiduciaire ou encore aussi l’aspect santé et développement énergétique. Une manière pour l’Union Européenne de mettre à disposition un passage vers une simplification de ses modes d’intervention en Guinée.
Après avoir prêté une oreille attentive à son hôte, la Ministre de l’Economie et des Finances a passé au peigne fin tous les points évoqués par la mission de l’Union Européenne. Des travaux préparatoires pour des discussions sur un nouveau programme avec le Fonds Monétaire International ont été ouverts par le Gouvernement guinéen. Ils visent à garantir l’éligibilité de la Guinée pour la formulation de l’appui budgétaire puisque ce n’est qu’en s’endettant que la Guinée peut se développer. Cet endettement doit cependant se faire de manière intelligente précise la Ministre Malado Kaba. Et pour elle, cela passe par deux aspects :
 -Un portefeuille de projets sélectionnés : des projets productifs qui donneront la possibilité de générer les ressources pour rembourser sous la base de critères objectifs et neutres afin d’amener le pays à voir la qualité de l’investissement.
 -Les modalités de financement : Il est important pour la Guinée de souhaiter l’appui de l’UE dans les opérations de blending afin que l’endettement soit bonifié avec des dons mais avec aussi de l’equity. Justement depuis l’année dernière le gouvernement travaille très activement à mettre en place un cadre clair, simple pour les Partenariats Public Privé à soumettre au Parlement.

mefinace

 Qu’à cela ne tienne, le niveau de la dette reste un élément important pour la mise en place du soutien de l’Union Européenne à l’appui budgétaire. C’est en cela que les aspects indicateurs occupent une place importante dans le programme. Et à ce niveau, l’institution exigent l’utilisation d’indicateurs de résultats afin de s’assurer de l’effort des réformes nécessaires dans tous les autres secteurs d’intervention. Il s’agit notamment indicateurs dans le domaine de la santé, de l’énergie et tous les autres indicateurs liés à la mise en place de la transparence budgétaire et des processus des réformes.
En réponse, la Ministre de l’Economie ajoutera que les investissements au niveau des infrastructures (routes ; énergie) sont essentiels pour la Guinée. C’est un passage obligé qui mène au développement et à la création de conditions pour fixer nos jeunes au pays. Les discussions sont en cours avec la délégation de l’Union Européenne sur la question des indicateurs et les points d’application du nouveau programme d’appui budgétaire du l’UE. Dans ces négociations la Ministre affirme que les Ministères économiques ont insisté sur la nécessité de l’appui de l’UE sur la problématique énergie compte tenu de l’impact de ce programme sur les finances publiques guinéennes.
Il devient ainsi important de souhaiter qu’il y est un ou deux indicateurs qui puissent permettre et donner au pays des leviers importants pour son développement.
En ce qui concerne le secteur de la santé et la substitution ressources fonds fiduciaire-ressources Programme Indicatif National, la Ministre a pris bonne note des propositions qui lui ont été faites et souhaiterait en discuter avec toutes les parties concernées afin de trouver une meilleure approche de solution.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus