Vie de la nation / Sékouba par-ci, Konaté par-là : Les bla-blas d’un général d’opérette

Le général Sékouba Konaté est pourtant connu pour sa lucidité. Un jour, il nous confiait au palais présidentiel qu’il n’a jamais trahi la parole donnée; que ses amis restent et demeurent en bonne place dans son coeur ; et que durant toute sa carrière militaire, lui Sékouba a été un soldat qui reçoit des ordres, les exécute et rend compte.
 Un point, c’est tout ! Mais ses dernières sorties médiatiques laissent croire que le soldat n’a plus la tête entre les épaules.
Ses amis, qui ont tout abandonné pour l’aider à réussir sa mission, il les compromet dans une affaire aussi désohonorante que celle du 28 septembre 2009. En un mot, on ne reconnait plus ni le soldat, droit dans ses bottes, ni le général qui a assuré l’intérim et qui s’est effacé de la scène dès le 23 décembre 2010 après des élections troubles au sens propre comme au figuré.
Ce Konaté qui a rencontré Cellou Dalein Diallo, vainqueur légitime de la présidentielle de 2010, mais qu’il a prié de préférer la paix à la légalisation de sa victoire, est devenu un général d’opérette soufflant de gauche à droite et entonnant des airs démentiels comme s’il n’était plus en possession de ses facultés psychiques et mentales.
Mais ce pourrait être une façon à lui, vice-président du CNDD et ministre de la Défense nationale au moment des faits, de se mettre en accord avec sa conscience en livrant sa part de vérité sur cet événement tragique qui a coûté la vie à plus de 150 civils selon un bilan fourni par les organisations de défense des droits de l’homme, des centaines de disparus, de mutilés à vie et d’inombrables dégâts matériels.
La réaction de ses amis Baidy Aribot et Isto Keira est à la dimension de l’accusation. Baidy Aribot a dit sa surprise vendredi 24 mars 2017. Pour lui, le général Konaté qu’il présente comme un « ami de 30 ans n’est plus » un homme «normal». Il rappelle que «l’affaire du 28 septembre est un problème militaro-militaire» et que de 2009 à ajourd’hui «personne n’a mis un jour (son) nom dans une situation pareille (…) Mais après réflexion» il dit se rendre compte que Konaté «doit avoir un problème psychique».
C’est pourquoi Baidy Aribot sollicite auprès du Gouvernement guinéen un éventuel repêchage de l’égaré officier supérieur qui «va de coq à l’âne» en témoignant sur les événements tragiques survenus au moment où il était le puissant ministre de la Défense d’un régime aux abois.
«Regardez le cheminement des choses, il rencontre Kouyaté il lui dit qu’il est le petit Président, l’homme d’Etat. Une semaine après, il dit la même chose à Dalein.
Après, il vient citer des noms des civils. Bah Oury qui était au stade du 28 septembre ce jour-là, il dit qu’il est impliqué. Mais où on va là ? Je suis inquiet pour mon ami. Il n’est plus normal.
Franchement il faut qu’Alpha sauve le soldat Sékouba, parce que ce qui lui arrive est grave. Il a complètement perdu le nord». Quant à Fodéba Isto Keira qui l’a pratiqué depuis l’école primaire, il trouve l’«allégation grave» (…). Lui qui a été entendu par le pool de juges d’instruction ne figure pas sur la liste des inculpés. Mais, rassure Keira, si le général Konaté a des «éléments à donner» pour la contribuer à la manifestation de la vérité sur le massacre, «il peut librement…» les mettre à la disposition de la justice.
Le fera-t-il, lui le général qui cherche actuellement à se dédouaner des propos tenus à l’encontre de ses amis on ne sait dans quel état ? Un vrai général, c’est celui qui sait garder la mémoire fraîche, tirer le bon grain de l’ivraie, et assumer les actes qu’il pose sans faire dans la fourberie.
Diallo Alpha pour le Populaire

Tel de www.actuconakry.com : 622 56 56 67

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus