Le monde de la presse et de la diplomatie perd un géant

Feu Aboubacar CISSE appartenait à cette génération de l’institut supérieur de l’éducation de Manéah, formé pour l’enseignement supérieur.
Au milieu des années 80, feu Zaïnoul Abidine Sanoussy, alors ministre de l’Information fera venir un certains nombres d’étudiants parmi lesquels le défunt Aboubacar CISSE.
Dans cette vague se retrouveront respectivement Amadou Diallo à la BBC basé à DAKAR, Ben Daouda Sylla, actuel Directeur de la RTG Boulbinet, Ibrahima Ahmed Barry, ancien Directeur Général de la RTG, Alpha Kabinet Doumbouya actuel DG de l’agence Guinéenne de presse et Yamoussa SIDIBE de nos jours Directeur Général de la RTG Koloma, Ibrahima Kalil Diakité travaillant à la Radio de l’ONUCI pour ne citer que ceux-là.
C’était un groupe de jeunes déterminés à réussir. Le défunt Aboubacar CISSE avec Ben Daouda Sylla étaient les plus turbulents touchant à tout donnant leur avis sur tout.
Pour l’essentiel, ils seront tous versés au journal parlé où ils se distingueront poussivement en franchissant tous les obstacles. Ils démontreront avec optimisme que l’avenir était avec eux.
Détaché plu tard au Ministère des affaires étrangères en qualité d’attaché de presse, il se montrera entreprenant.
Faisant partie de plusieurs délégations à l’étranger, c’est sous François Fall, alors chef de la diplomatie guinéenne dans les années 2000 qu’il connaîtra une véritable ascension et il sera nommé à la direction de la communication du département.
Malgré ses énormes charges, passionné qu’il était pour la présentation du journal parlé de la Radio, il avait toujours gardé sa tranche hebdomadaire, et son édition du soir, il avait toujours maintenu même après le déménagement de la RTG sur les hauteurs de Koloma.
C’est un très grand journaliste que la nation guinéenne vient de perdre avec la disparition de Aboubacar CISSE qui n’a jamais craint d’aborder les sujets même les plus risqués.
Resté toujours égal à lui même, il sera nommé conseiller politique à l’ambassade de Guinée à Genève.
De temps en temps, il venait à Conakry pour des missions ponctuelles.
L’homme avait apparemment pris du poids mais rien ne l’empêchait aussi de faire son devoir.
Quoique parti des médias, l’homme avait finalement son destin tout tracé dans la diplomatie, c’est là où la mort le surprendra dans la nuit du samedi à Dimanche 26 Mars 2017 dès suites de crise cardiaque. Il n’avait pas fini encore de réaliser ses grands projets.
Étant lié par une forte amitié à ma personne qu’il a toujours encouragé en me voyant arriver dans les médias, il m’a toujours dicté un devoir c’est celui de la patience et de la persévérance, c’est en cela que la compétence arrive.
Curieux fait du destin, c’est l’appartement du 5è étage de l’ancien immeuble de la SNE (société nationale d’électricité) situé sur le deuxième boulevard de Conakry qu’il occupait après la mort de l’honorable Kabinet Kouyaté lui même décédé il y a de cela 23 ans des suites d’une crise cardiaque, le destin aura voulu qu’Aboubacar CISSE et son prédécesseur Kabinet Kouyaté dans cet appartement maudit finisse leurs jours dans ce monde ici-bas de la même manière l’un à Conakry et l’autre à Genève.
Aboubacar CISSE était marié à une femme et père de 5 enfants.
Par Ibrahima Diallo
DG Radio liberté Fm

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus