Indemnisation des Commerçants : Sidya Touré veut élargir aux victimes de 1985 (Le grand déballage)

 

Le Président Sidya Touré dans les GG

L’apaisement

Quand aux accords, il y a beaucoup de choses à dire. Je me réjouis de l’apaisement de la vie politique que je constate.  L’apaisement pour lequel l’UFR s’est prononcée depuis presqu’un an. Je suis heureux de constater que beaucoup de gens ont fini par se rendre à l’évidence, qu’après les premières années de braise que nous avons connu, et après Ebola,  que c’était bon de donner une chance à notre pays pour qu’économiquement qu’il puisse aller de l’avant. Cela n’empêche pas qu’il y a un gouvernement, un Chef d’Etat qui reste responsable de la gestion du pays.

 Les accords

Nous avons été à ces discutions, nous avons constaté qu’il avait des points de désaccords.  Je crois que   Baidy, Dr Deen et autres vous ont expliqué  les détails de tout cela. Mais, le point nodal sur lequel nous ne nous sommes pas entendu, c’est le problème des chefs de quartiers et  des présidents de districts.

Nous estimons que nous avons beaucoup de  difficultés aujourd’hui dans ce pays et  que la politisation menée jusqu’à  ce niveau,   dans une ville comme Conakry et   dans les différentes régions de notre pays, n’était pas quelques choses qu’il faillait encourager. J’estimais qu’il y avait un véritable danger à cela et que c’est quelque chose que nous n’allons pas accepter.

Nous n’avons pas signé ces accords.  Donc nous estimons que nous  sommes  en dehors de cela. Dans la mesure où d’ailleurs, certains partis  politiques dont l’ufdg ont fait de la non participation de l’UFR une conditionnalité.  Donc, tout ça est très bien. Mais la réalité,   est qu’il faut qu’on revienne sur  ces accords.

Débats à Assemblée Nationale sur les accords

Nous ne sommes pas les seuls. Je crois qu’ une fois arrivé à l’Assemblée Nationale,  les députés sont les représentants du peuple. Ils ne votent  pas comme  un seul homme. Tous ceux qui connaissent notre pays et qui sont contre l’idée de porter la contradiction  politique jusque dans les quartiers, jusque dans les  maisons, n’accepteront  pas ce débat. Et de toute façon,  un accord est un accord. La confirmation concernant le processus électoral, la Ceni, ça viendra à l’Assemblée nationale. Nous avons une Assemblée Nationale, les débats et les contradictions se feront jours. Comme étant le troisième groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, nous ferrons connaître notre opinion.

Il y a deux choses que nous n’accepterons pas  et que nous expliquerons, et je pense que nous rallierons  des députés dans ce sens là.

Les accords n’ont jamais réglé complètement un problème. Quand il s’agit de chose aussi institutionnelle, qui sont liées à la loi, à la constitution, cela se règle à l’Assemblée Nationale.

Les indemnisations ! (Les commerçants de 1985 et de la  fin de la révolution)

Il y a des aspects sur lesquels nous étions tous d’accords,  avoir par exemple avoir un moyen pour indemniser ceux qui, dans ce pays, ont subit des dégâts par la faute des politiques. Bien que là d’ailleurs, moi je connais ici des familles telles que les familles Magassouba, les familles Fofana,  les Hadja Fanta Keita,  Siré Mady Kouyaté, Ibrahima Banbada, etc, ou des gens que je connais qui était en Côte d’ivoire et qui ont investi ici lourdement et qui ont perdu leurs bien en 1985.

J’aimerais bien que les accords que nous allons avoir, que le GOHA (Groupe Organisé des Hommes d’Affaires) puisse prendre en compte ces commerçants là. Et  qu’on sache que ce n’est pas une partie des commerçants qu’on va indemniser  que c’est tout le monde à partir de la fin de  la révolution, pour que  la quiétude s’étende à tous. Donc, ça ce sont des points  que nous allons appuyer.

Le front contre les accords

Quand vous essayez  d’avoir un accord avec un parti politique, sous prétexte simplement que ce parti veut se démarquer,  vous  arrivez à ceux à quoi il n’y a plus de consensus.  Beaucoup de gens ont compris qu’il y avait effectivement des éléments  qu’il   fallait prendre en compte pour aller de l’avant.  Quand ils ont vu que la préoccupation essentielle n’était pas cela,  ils  se sont  démarqués. Vous dites vous mêmes que la société civile n’est pas d’accord. Pourtant,  elle  n’est pas  politique.

Je suis parfaitement en accords avec ces gens.  En tout cas,  nous n’avons pas signé. Si ce sont les mêmes raisons  pour lesquelles ils ne l’ont  pas fait, je suis en accord avec eux.

Nous allons nous retrouver  à l’Assemblée Nationale.  Nous défendrons cette position. Et si ceux du front et autres venaient à  nous donner des arguments, nous les exposerons à l’Assemblée Nationale.

Est-ce un rapprochement politique des mécontents ?

Ce n’est pas autour d’un accord que les hommes politiques vont aller créer un front nouveau. C’est un accord sur le problème électoral.  Nous allons,  je pense le régler. Si nous n’arrivons pas à le régler, effectivement cela peut créer des problèmes, comme ce que  nous  constatons aujourd’hui dans ce que vous appelez opposition républicaine, qui se résume donc  de plus en plus à un  parti politique.

Rapprochement Alpha Condé -Cellou Dalein

Ça fait un an que l’UFR prône cela. Ça se fait en France, au Mali,  au Sénégal en Côte d’Ivoire tous les  jours. Donc, cela n’a rien  d’exceptionnel. Qui est ce que je suis pour dire que c’est moi qui dois établir le calendrier d’Alpha Condé ? Maintenant nous en sommes là. Faisons en sorte que nous nous battons pour faire avancer  réellement  les choses,  non pas à se tirer les balles  dans les pieds les uns des autres.

La  collaboration avec Alpha Condé

Ne vous attendez pas à ce que je sois à la télévisons tous les jours  entrain de monter et descendre avec le président de la république.  Ce  n’est pas l’objectif des fonctions qui m’ont été confiées et de l’accord que j’ai eu avec lui.  Il y a quelques jours  j’échangeais avec lui sur les questions essentielles, des questions qui peuvent faire avancer les dossiers, et  des  conseils. Si non, je n’ai  pas de fonction dans le gouvernement ou dans l’administration.

Je connais le président depuis 37 ans, donc il n’y a  rien de nouveau !  Dès fois on ne s’entend pas sur certains sujets, mais cela ne change en rien.

Incidences des accords

Comme tous  les  amis,  le président et moi, il y a des  points sur lesquels vous êtes d’accord et d’autres vous n’êtes pas d’accord.  Ce n’est pas que moi. Il y a des gens au RPG qui ne sont pas d’accord sur ces points, mais cela  ne veut pas dire qu’ils vont quitter leur parti.

L’opposition républicaine

Qu’est ce que l’opposition républicaine aujourd’hui, si vous ne me comptez pas la dedans.  Qu’est ce que nous avons fait que l’opposition républicaine ne fait pas aujourd’hui ? Alors  de quoi on parle ? Parlez de l’opposition plurielle en Guinée, au moins  c’est plus clair pour tout le monde.

Nous l’avons dit mille fois, nous ne sommes pas de la mouvance présidentielle.  Si l’UFDG signe des accords, et que  son Président demande à ses militants de faire confiance au président  de la république, qu’il a des accords avec lui, qu’il a un véhicule de fonction,  c’est sa position.  Il n’y a rien de nouveau là maintenant.

Ne mettez pas seulement l’opposition sur le visage des gens. Mettez l’opposition sur ceux qui ont des principes à défendre. Nous sommes en train de défendre des principes. Mais est ce que cela fait de nous maintenant des opposants parce que l’UFDG a été en accord donc,  ils ne le sont plus ?  Je ne me vois pas franchir cela.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus