Ministère des Travaux Publics : La nouvelle ministre saura-t-elle éviter certaines erreurs du passé ?

En misant sur de jeunes hauts cadres, compétents et irréprochables, pour meubler la nouvelle équipe gouvernementale, le Pr Alpha Condé entend, sans conteste, insuffler une dynamique nouvelle à son second quinquennat. Il reste que dans un environnement économique souvent mû par des intérêts égoïstes, il en faudrait beaucoup plus de la part de ses proches collaborateurs, dont la réussite de la mission dépendra dans une certaine mesure du choix de leurs propres collaborateurs directs. Cela est particulièrement vrai dans le cas du ministère des Travaux Publics, un ministère qui a tant fait jaser dans un passé récent….

« Qui veut voyager loin, ménage sa monture », nous enseigne un vieil adage. Pour avoir été Secrétaire générale du ministère des Travaux Publics, Madame la ministre, Oumou Camara, a théoriquement une longueur d’avance sur nombre de ses collègues du Gouvernement Youla. Tout au moins au niveau de la maitrise de l’environnement du travail, plus précisément pour ce qu’il sera du choix des collaborateurs qui devront œuvrer à ses côtés pour que la mission à elle confiée par le Professeur-président soit couronnée de succès.

Au moment même où les nominations sont en cours en vue de meubler les ministères, il ne serait donc pas superflu de rappeler à Madame la ministre, au cas où elle n’en serait pas suffisamment informée, que bien avant elle, des ministres ont beau afficher les meilleures intentions du monde, à cause de pratiques néfastes induites par certaines directions du département, ce fut tout simplement la désillusion.

C’est ainsi que du temps de Bah Ousmane, un des chefs des directions a particulièrement fait parler de lui, en l’occurrence le directeur national des infrastructures.

En violation flagrante des règles des plus élémentaires, au nez et à la barbe surtout des entrepreneurs sérieux, ce fut à un moment donné la période grâce des entreprises de façade, voire étrangères, entretenues à coups de milliards de francs guinéens, dans des passations de marché public de plus de mille (1000) milliards GNF faites le plus souvent sur la base du gré à gré. Il a fallu l’arrivée de Mohamed Traoré à la tête des Travaux Publics pour quelque peu arrêter l’hémorragie. Cependant que les conséquences économiques désastreuses étaient telles déjà qu’il fallait espérer des lendemains meilleurs en vue de changer durablement et efficacement la donne. Le Pr Alpha Condé vient peut-être d’en donner l’opportunité à la nouvelle ministre des Travaux Publics. A elle, bien sûr, de ne pas du tout céder à la complaisance, de s’entourer de cadres dont le profil, surtout la moralité, pourraient redonner confiance aux entrepreneurs sérieux, qui ne veulent eux que servir honorablement les intérêts de la république. C’est dire combien de fois la prochaine composition du Cabinet de Madame la ministre des Travaux Publics est d’une extrême importance. Surtout que des rumeurs malveillantes commencent d’ores et déjà à lui prêter des intentions pas louables du tout.

Moussa Soumah

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus