Guinée : Qu’avons-nous réellement besoin pour ce pays?

 

Oui à la compétence gouvernementale pour permettre à notre pays de figurer parmi les nations développées, unies et prospères.

Oui à la promotion des concitoyens cadres bardés de diplômes et pétris de connaissances puisées pour la plupart des écoles de l’Oncle SAM ou des académies de MOLIÈRE. Pourvue que cela apporte à notre pays du pain à la place de la peine.

Oui à la promotion d’une jeunesse intellectuellement orientée mais non poussée vers un patriotisme fondu dans un élan nationaliste sans caractère positif pour un peuple et une culture aux abois.

Oui finalement à la promotion des compétences qui pour l’instant, disons-le haut  et plus fort, n’existent que sur papier kaki ou dans les ordi entre les vitrines dorées des gratte ciel de Manhattan, de Paris ou de Bohn.

Oui, mais ces questions demeurent :

-A-ton besoin vraiment que des académiciens  pour gérer un pays de moins de 12millions d’âmes avec un PIB de moins de 500$ ou bien des cadres patriotes, sincères pour relever le défi de pauvreté et d’unité nationale comme celui qui n’a que sa licence ou maîtrise  avec lesquelles il s’est battu pendant 20 ans pour l’instauration de la démocratie et d’état de droit dans son pays ?

– A- t on besoin d’être Docteur es sciences pour être Ministre de la République ?

– y’a certes une corrélation entre 18/20 à la fac et 5/20 dans la vie active que constituent nos économies en lambeau et nos réalités sociales en fragments en Afrique d’une manière générale ? Le premier en classe peut être aussi le dernier dans la vie active parce que moralement moins compétent.

-d’ailleurs, y’a t’il vraiment lieu aujourd’hui de fouler au sol les immenses efforts et sacrifices  que les uns ont consenti pour que naissent le bonheur des autres et la gloire des nations ? Et pour quelle raison ? En tout cas pas celle de l ‘État.

– à ce rythme de haine viscérale contre la raison et la logique revendiquées pourtant non syndiquées, qu’allons nous faire de la lutte idéologique fondement du combat de tous les acteurs politiques, qu’ils soient leaders ou simples militants ?

– ya t’il désormais un sens au choix idéologique quand un pro socialiste sait que son pouvoir conquis au prix du sang et de la sueur va être géré un jour par un militant pro libéral convaincu et susceptible de détourner le sens de sa lutte? Ce libéral ou pro sera t’il en mesure d’appliquer ou tout au moins de suivre à la lettre les orientations à caractère idéologique du Chef ? A moins que ce dernier n’ai changé de camp. Ce qui peut être inconcevable et qualifié de crime idéologique ou simplement de trahison.

Un adage dit que Un homme peut fuir sa maison mais jamais son ombre ni ses habitudes. Le bâton du pêcher n’est jamais loin de la tête du pêcheur. Wa Salam !!!

Alseny Bangoura

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus