Kassory à la tête du directoire de Campagne : Alpha a-t-il fait le bon choix?

Le président Alpha Condé, dont le rêve est de rempiler pour un second mandat, a mis en place  un directoire de campagne piloté par Ibrahima Kassory Fofana, ministre d’Etat chargé des Investissements et des Partenariats public-privé. Le leader du parti Guinée pour tous (GPT), aura à ses côtés, dans  cette entreprise titanesque, des personnalités comme Bah Ousmane, président de l’Union pour le progrès et le renouveau (UPR). Mais la plupart de ces faiseurs de roi coptés par le chef de l’Etat, ont tous en commun de n’avoir pas d’assises populaires, étant à la tête de formations politiques qui se cherchent.

Le parti au pouvoir a déjà procédé à la composition de son directoire de campagne pour le scrutin présidentiel du 11 octobre prochain. Ceux qui se retrouvent dans ce directoire sont quasiment des militants de la « 25ème heure », comme ils se font appelés par ceux qui se réclament comme étant eux issus du RPG originel. Ces derniers devenus aigres, de se voir relégués au second plan, au profit de ceux qui ont rejoint le mouvement après l’élection du chef de l’Etat, les militants de la première heure, ont du mal à accepter leur sort. D’autant que le gros du lot de ceux qui sont venus à la mangeoire est composé d’anciens caciques du régime Conté. Ils ont pour noms entre autres Kassory Fofana, Kiridy Bangoura, Malick Sankhon. Ces anciens proches de Conté, ont bien réussi leur reconversion auprès de l’ancien « ennemi juré », Alpha Condé, de sorte que ce dernier ne jurent plus que par eux. Raison pour laquelle, ils seraient à l’avant-garde du dispositif mis en place dans le cadre de la  campagne électorale qui s’annonce. Ce sont certes des hommes d’expérience en termes d’administration, mais ils seraient loin de bénéficier de préjugés favorables au sein de l’opinion. Pour preuve, Kassory Fofana, du GPT n’a réussi à engranger que 0,66 % lors de la présidentielle de 2010. Et lors des législatives de 2013, Kassory n’a réussi obtenir qu’un siège au sein du parlement. Bah Ousmane de l’UPR, n’est pas non plus mieux loti, en termes d’électorat. Puisqu’il obtenu juste  0,68 % au premier tour de la présidentielle de 2010. Environ 12 mille voix. Abé Sylla, leader de la Nouvelle génération pour la république (NGR), n’est pas non plus dans le cœur des électeurs. Quand on prend en compte son parcours, depuis 2010. Abé a dû d’ailleurs quitté la Guinée sur la pointe des pieds, avant la tenue  du second tour. Il n’avait sans doute pas réussi à supporter toute cette violence qui avait émaillé la campagne électorale. Avec l’épisode de l’eau empoisonnée, qui était venue crisper davantage la situation. Si Kassory Fofana a pour mission de concocter une stratégie de campagne qui ferait de l’effet sur l’électorat, au niveau national, Bah Ousmane, lui est chargé de coordonner la campagne du RPG-Arc-en-ciel au niveau de la Moyenne Guinée.  Il aura dans son escarcelle Dr Saliou Bella Diallo, du parti AFIA, Boubacar Barry de l’UNR et Rougui Barry du RPG-Arc-en-ciel. Ils sont tous originaires de cette région, considérée comme un bastion de l’opposition. Leur défi sera de violer ce sanctuaire, en opérant une hémorragie dans les rangs de l’UFDG de Cellou Dalein Diallo. Un « sacrilège » que le chef de file de l’opposition ne pourrait certainement pas tolérer. Ibrahima Abé Sylla, lui va accentuer ses efforts sur la préfecture de KindiaAfin de faire le plein de voix pour le candidat du parti au pouvoir, à la faveur du vote.

Qu’ils s’appellent Kassory, Malick Sankhon, Mamadou Sylla, Rougui Barry, Bah Ousmane, tous ces cadres engagés aux côtés du président sortant, auront certainement du mal à atteindre leur cible dans cette campagne. C’est surtout la  stratégie de mobilisation des ressources financières qui déterminera l’approche à mettre en place  dans cette pêche aux électeurs. Car le RPG-Arc-en-ciel est soupçonné de faire dans l’achat de conscience, quand il s’agit de mobiliser les électeurs. Les législatives de 2013  en ont été une parfaite illustration, dit-on. Mais malgré les énormes fonds engloutis lors de ce vote, le parti n’a pu gagner à l’uninominale dans la capitale. Le président Alpha Condé avait compris in fine, qu’il avait été abusé par certains de ses proches, qui lui auraient piqué des sous, en lui vendant des rêves, notamment du côté de la commune de Kaloum. Après cette désillusion, le candidat du RPG-Arc-en-ciel a sans doute tiré les leçons. Reste à savoir s’il a fait cette fois-ci le bon  choix, concernant la composition de son directoire de campagne, pour la prochaine présidentielle. Bien que l’équipe ne soit pas bien étoffée selon certains observateurs, ils suggèrent néanmoins  d’attendre les résultats du premier tour pour en juger de l’efficacité  de la bande à Kassory et compagnie.

Mamady Kéita, Le Démocrate

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus