Déclaration du ministre de la Pêche et de l’Aquaculture, Jean René Camara, à l’occasion de la fin de la période de repos biologique.

Conakry, le 31 Aout 2015 – Aujourd’hui, lundi 31 août 2015, à 0 heure 00, prend fin la période du repos biologique de deux mois, juillet et août, instituée par Arrêté N0 2398 du MPA en date du 5 juin 2015 portant fermeture d’une zone maritime guinéenne aux activités de pêche industrielle.

Pendant cette période, il a été interdit toute activité de pêche industrielle dans notre zone maritime qui s’étend jusqu’à la limite de 60 milles marins calculée à partir de la ligne de base.

Je rappelle que cette interdiction, comme cela a été le cas en 2014, est une mesure de gestion qui vise à instaurer dans le secteur de la pêche des pratiques de bonne gouvernance conformément à l’esprit et aux recommandations des Etats Généraux de la pêche tenus en septembre 2013.

L’institution du repos biologique est une réponse à la surexploitation de nos ressources halieutiques dont les indices d’abondance, notamment, des 20 principales espèces côtières de poisson, de crevettes et de céphalopodes connaissent, depuis des décennies, une baisse considérable attestée par les travaux de recherches de nos scientifiques du Centre National des Sciences Halieutiques de Boussoura ainsi que par les connaissances endogènes de nos pêcheurs artisans.

L’objectif fondamental poursuivi à travers l’institution du repos biologique, est de permettre à la ressource de se reconstituer et de favoriser une amélioration des indices d’abondance des espèces et des rendements des unités de pêche.

Cette année, nous avons noté que la mesure d’interdiction des activités de pêche industrielle a été globalement respectée. Aucun comportement illicite des acteurs de cette filière n’a été rapporté. C’est le lieu donc, d’exprimer l’entière satisfaction du Gouvernement devant l’esprit civique et constructif qui a habité tous les acteurs de la filière.

Ce résultat est le fruit d’une surveillance satellitaire et aérienne efficace de nos eaux maritimes réalisée par le Centre national de surveillance et de protection des pêches (CNSP) grâce aux efforts du Gouvernement qui a mis à la disposition de ce Service les ressources financières nécessaires. En effet, en plus de la surveillance quotidienne à partir du VMS qui a fonctionné 24 heures sur 24, six (6) patrouilles aériennes ont été effectuées totalisant 25 heures de vol sur un effort contractuel de 16 heures soit un dépassement de 9 heures. Cela a permis d’observer 17 navires en mouillage, 18 autres dans les eaux limitrophes avec la Sierra Léone et 7 cargos en transit.

NOUS ESTIMONS A 100% LE TAUX DE RESPECT DE LA MESURE INSTITUANT LA PERIODE DE REPOS BIOLOGIQUE POUR 2015.

Après le repos biologique, une campagne d’évaluation directe sera organisée par le Centre national des sciences halieutiques de Boussoura (CNSHB) pour déterminer, à travers le stock réel existant, si l’objectif de reconstitution de la ressource a été atteint. En tout état de cause, nous disposerons de données réelles pour élaborer le Plan d’aménagement des pêcheries pour 2016 et fixer les quotas à allouer en fonction des types de pêche.

Pour terminer, je voudrais, au nom Chef de l’Etat, le Professeur Alpha CONDE et du Gouvernement, remercier particulièrement nos partenaires de la filière pêche industrielle qui nous ont soutenu et accompagné dans cet exercice en mettant à disposition les stocks de poissons disponibles dans leurs entrepôts frigorifiques. Jamais, durant cette période de repos biologique, le marché n’a manqué de poisson.

Aux cadres de l’administration des pêches qui se sont investis pour la réussite de cette période de repos biologique, nous les félicitons et les engageons à plus de persévérance dans l’accomplissement de leur mission de développement du secteur de la pêche.

Je vous remercie

Conakry, 31 août 2015

Jean René CAMARA

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus