Comment Cellou Dalein avait-il quitté Conakry après les massacres du 28 septembre ?

A l’instar de son collègue de l’ UFR, Sidya Touré, ou de son premier vice-président, Bah Oury, Cellou Dalein Diallo avait été blessé au stade de Conakry, le 28 septembre 2009.

L’on se souvient, que quelques jours après ces événements tragiques, la plupart des leaders de l’ opposition s’étaient exilés en occident.

Parmi eux, bien entendu, le président de l’ Union des Forces Démocratiques de Guinée. Cellou Dalein Diallo avait aussitôt rallié Paris, en France, pour des soins. Mais, comment ?

Il avait fallu l’intervention de l’ancien président du Sénégal, Abdoulaye Wade, auprès des autorités guinéennes pour que le leader de l’ UFGD puisse avoir l’autorisation de s’envoler de Conakry. Une négociation difficile, mais qui avait fini par payer.

 » J’ai été évacué très difficilement, ici, sur Paris, grâce notamment à l’intervention du président [sénégalais de l’époque, Abdoulaye] Wade », a révélé le chef de file de l’ opposition guinéenne.

La plupart des leaders de l’opposition n’étaient rentrés au bercail qu’à l’arrivée du général Konaté aux affaires.

Dans ce qui est vu aujourd’hui comme étant le discours phare de son règne, l’ancien président de la transition avait demandé à tous les opposants exilés de rentrer en Guinée. Pour les rassurer, il avait pris des mesures afin de garantir leur sécurité.

Depuis Nouvelledeguinee

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus