Guinée : Tibou Kamara, l’imposteur de la plume fera bien de fermer sa sale gueule(Opinion)

 

Dans les colonnes l’observateur, l’ex ministre d’Etat, ministre secrétaire général à la Présidence, Tibou Kamara taxe le président Sidya Touré de « traitre ».

Cet article de presse dénudé de tout fondement vrai et exhibant à dessein le caractère ethnocentrique de son signataire, mérite d’être répondu (quoi qu’on puisse aussi répondre à un imbécile par le silence), pour éclairer encore une fois la religion des populations guinéennes autour de cette question d’alliance entre l’UFDG et l’UFR signée dans l’entre deux tours de la présidentielle de 2010.

Monsieur le ministre Tibou, en réponse à votre plume écrivassière, nous vous informons que le président Sidya Touré a connu Alpha Condé au moins 10 ans avant de rencontrer pour la première fois Cellou Dalein Diallo, lorsqu’il a été promu Premier ministre en 1995, année à laquelle Cellou a accédé à son premier plus grand poste, parce qu’on le faisait ministre pour la première fois de sa carrière. Depuis, les deux hommes ont entretenu de très bons rapports de travail dans le cadre de la gestion de la chose publique jusqu’au départ de M. Touré à la tête du gouvernement.

Plusieurs années se sont écoulées avant que les deux hommes d’Etat ne se rencontrent sur la scène politique ; chacun défendant les couleurs de sa formation. En 2010, dans l’entre deux tours de la présidentielle dont la falsification des résultats vous incombe, vous et votre mentor de général Sékouba Konaté en faveur du candidat du RPG originel, il était question de faire des alliances avec les deux partis déclarés qualifiés au second tour.

Le président Sidya Touré a pris la lourde décision d’aller avec l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) au détriment du RPG Arc-en-ciel. Durant toute la campagne présidentielle, l’UFR n’a eu d’accrochages qu’avec l’UFDG, à Coyah. Cela ne nous a pas empêchés d’aller avec cette famille politique pour la conquête du pouvoir.

Au même moment, le RPG Arc-en-ciel nous faisait les yeux doux. Et le président Sidya Touré, malgré qu’il ait connu Alpha Condé depuis plus de 30 ans, a choisi de ne pas le choisir. Ce choix, l’UFR l’a assumé.

En quoi cela fâche-t-il tant quand nous décidons de ne suivre aucun parti quant à la conquête du pouvoir pour une alternance en 2015 à laquelle aspire l’écrasante majorité de notre peuple ? A quelle cause le président Sidya Touré est-il traitre ?

Qu’il vous plaise donc que nous vous enseignions Monsieur le ministre qu’alliance ne signifie pas fusion. L’UFR est un parti politique transversal qui dépasse les considérations ethniques et qui ne s’identifie pas à une région. Nous avons nos valeurs qui nous sont inaliénables. Nous n’avons donc jamais signé une fusion avec quelle que formation que ce soit dans l’entre deux tours de la dernière présidentielle.

Alors, si dans votre torchon d’article, vous parlez de couple UFDG-UFR, nous sommes emmenés à vous ramener sur la raison pour vous dire que jamais on ne s’est à ce parti. Ensuite, vous devez savoir que nous ne sommes pas dans l’arène politique pour nous allier derrière un parti. Notre combat, c’est la conquête du pouvoir en vue de sortir ce pays de la léthargie dans laquelle ses fils sont engloutis. Alors, Monsieur le ministre, vous ferez bien fermer votre sale gueule, à défaut de diluer votre liqueur dont la teneur vous excède grave.

Adama Keita

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus